Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 00:20

faillite3Les collectivités, comme les entreprises et les familles, financent leurs investissements avec leurs fonds propres, les aides éventuelles dont elles peuvent bénéficier et enfin avec l’emprunt. Il est donc normal que le Conseil général du Val d’Oise emprunte régulièrement pour financer ses propres investissements.

Par contre l’emprunt coûte et il est donc de bonne gestion d’y recourir en respectant quelques règles sous peine de se trouver en surendettement et là encore la comparaison peut être faite avec les entreprises et les familles.

Une entreprise surendettée se trouvera certainement rapidement en cessation de paiement et disparaîtra. Conséquence, le propriétaire de cette entreprise aura perdu son capital et sera éventuellement responsable sur ses biens. Il prend ses risques et les assume.

Pour une famille ce sera un peu différent car des dispositifs de régulation ont été mis en place pour les aider à retrouver leur capacité à vivre le plus « normalement » possible. Le risque et ses conséquences sont cependant assumés par elle.

Pour les collectivités en revanche les conséquences ne pèsent pas sur ceux qui sont responsables d’une situation financière critique mais sur les contribuables. La seule sanction, sauf faute caractérisée que je laisse de côté, c’est le vote et encore, quand l’électeur est bien informé de la situation, ce que je m’efforce de faire.

Durant les 40 ans pendant lesquels les élus se réclamant de l’Union pour le Val d’Oise ont géré le département, et jusqu’en 2007 avec l’arrivée à la gouvernance d’une « majorité de circonstance » socialo-communiste, il a été beaucoup investi sur tous les territoires. Toutes les communes disposent de voirie, de bâtiments publics, d’équipements, scolaires, sociaux, culturels ou sportifs qui ont été financés avec le soutien du conseil général. Dans le même temps, le recours à l’emprunt a été raisonnable au point que la Chambre régionale des comptes titre dans son rapport du 1er octobre 2008 (document public), je cite : « une situation financière dans l’ensemble satisfaisante ». L’endettement y est certes signalé supérieur à celui de la moyenne des autres départements comparables mais le rapport signale encore, je cite : « son remboursement ne parait pas présenter de risque appréciable pour la collectivité, tant au regard de ses ressources qu’à celui de sa capacité d’autofinancement, dont il représente un peu moins de cinq années cumulées ».

Depuis 2008 et la gouvernance socialiste quelle est la situation ?

Pour information, la dette laissée fin 2007 par l’Union pour le Val d’Oise était de 568,6 millions d’euros soit 508,28€ à la charge de chaque Valdosien.

Par contre, dans l’attente du compte administratif et sur la base du budget voté pour l’exercice 2010,  nous constatons que l’encours de la dette est passé à 923,7 millions d’euros soit 793,8€ à la charge de chaque Valdoisien.

Ainsi, alors que l’investissement est en berne, les socialistes ont fait progresser la dette du département de 62 ,45% !

Dans le même temps, les communes ne sont plus aidées pour leurs équipements, les routes sont dans un état de dégradation jamais vu…

Alors, à quoi sert l’emprunt ?

Lors de la dernière assemblée, nous avons eu un début de réponse : plus de 20 millions d’euros de ces emprunts ont servi à financer la forte progression des charges de fonctionnement.

Quelle sanction mérite cette gestion financière catastrophique qui ne sera pas sans conséquence pour les contribuables que nous sommes ?

La réponse se trouvera peut-être dans les urnes le 27 mars prochain. C’est mon souhait.

A demain avec E comme ENVIRONNEMENT

Partager cet article

Repost0

commentaires