Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:39

2011 02 25 Gaston Lagaffe environnement

L’environnement, et plus largement le développement durable,  est l’affaire de tous. Cela concerne tout autant les particuliers dans leurs gestes quotidiens que les entreprises dans leur activité ou que les collectivités dans leur fonctionnement et les investissements qu’elles financent.

Ce ne devrait d’ailleurs pas être un enjeu électoral qui divise les politiques et c’est bien en cela que je ne suis pas d’accord avec l’existence des partis qui se disent « vert » et font de l’écologie et du développement durable un dogme. Les dogmes s’expriment dans l’excès et ceux qui s’y réfèrent prônent bien souvent des solutions aux problèmes posés qui ne sont pas réalistes car ne prenant pas en compte le temps indispensable aux réformes et aux changements des habitudes. Ils sont devenus les meilleurs alliés de la gauche qui pourtant n’est pas le premier de la classe en matière de politique environnementale.

Au lieu de diviser, le développement durable devrait plutôt réunir sur des objectifs partagés à atteindre. Mais ne rêvons pas, même si le train est en marche nous n’y sommes pas encore prêts et chacun mesurera encore longtemps qui fait mieux que l’autre en la matière, particulièrement au moment des campagnes électorales.

En campagne électorale, nous y sommes en plein ! Alors comme cet abécédaire a pour but de tenter de dresser un bilan de l’action du département durant les 3 dernières années et de corriger les affirmations souvent mensongères de la gouvernance socialiste, je suis dans l’obligation de dire à Monsieur Arnal, en matière de développement durable : peut beaucoup mieux faire !

Que constatons-nous ?

A grand renfort de communication, Didier Arnal et sa « majorité de circonstance » ont mis en place un comité baptisé pompeusement Comité Départemental du Développement Durable. Composé de 35 membres issus d’horizons divers, mais dont une grande partie ne siège plus depuis longtemps, ce comité a pour mission de définir la stratégie départementale de développement durable et d’éclairer l’assemblée départementale sur ses choix en la matière. Beau programme qui n’a malheureusement pas accouché de grand-chose si ce n’est, dispositif phare, de proposer le « Chèque énergie verte » d’un montant de 1500€ offert à tout particulier qui installe un chauffe-eau solaire ou une pompe à chaleur sous réserve que le revenu fiscal du foyer n’excède pas 17000€ par an. Imaginez un peu le nombre de Valdoisien qui dispose de ce niveau de revenu et que l’on tente avec un chèque de 1500€ pour une acquisition et des travaux qui coûtent en moyenne entre 6000€ et 18000€. Résultat, seuls quelques très rares foyers (moins d’une vingtaine certainement) en auront bénéficié sur une année. Dans le même temps le coût de la communication étalée en plaquettes et sur tous les panneaux et bus du Val d’Oise aura été bien plus important que les subventions versées !

Ceci ne serait rien si cette pseudo-majorité n’avait pas porté un coup fatal aux programmes de l’eau et de l’assainissement en divisant par exemple par 2 l’aide à l’assainissement urbain (séance de juin 2009), faisant au bout du compte indirectement payer ce manque d’aide aux consommateurs dans le prix de l’eau.

Les crédits budgétaires destinés à l’environnement sont globalement en baisse, l’enveloppe de l’aide aux syndicats à été bloquée à 10 millions d’euros par an pour la politique de l’eau et de la lutte contre les inondations, de la gestion des déchets et de l’enfouissement des réseaux alors que les besoins sont énormes. Conséquence directe, les projets sont rares car peu financés au point que ce sera à peine 6 des 10 millions d’euros qui auront été payés en 2010, et encore majoritairement pour des projets validés sous la gestion antérieure à la gouvernance socialiste.

En conclusion, Monsieur Arnal aura finalement réussi à faire du Val d’Oise un Eco-département si l’on considère que « Eco » veut dire « économie » sur l’environnement.

Ne nous étonnons plus que le magazine « La Vie » classe le Val d’Oise comme le département qui a la volonté écologique la plus faible de France.

A demain avec F comme FONCTIONNEMENT

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires