Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 09:16

2011 03 05 Gérard ClaudelDepuis la lettre « A », je tente de porter un regard critique sur la gestion de notre département par l’actuelle gouvernance socialiste. Le lette « M » se situe à mi chemin de mon abécédaire et j’ai décidé de faire une entorse à cette critique pour saluer ceux de mes amis qui ne siègeront plus au sein de l’assemblée départementale.

Lundi dernier et ce vendredi ont été marqués par des moments de réelle émotion.

Le premier de ces moment a eut lieu au siège du Parc naturel du Vexin, à Théméricourt, le second au cours de l’assemblée départementale, ce vendredi, au Conseil général du Val d’Oise.

Dans les deux cas ce fut la dernière fois que notre ami, Gérard Claudel, siégeait dans une instance qu’il aura marquée de son empreinte.

Le Parc naturel du Vexin en premier dont il est le père et qui, sans lui et le regretté Jacques Dupâquier, ne serait certainement pas réalité aujourd’hui. Il y travaille depuis le début des années 70, en assure la présidence depuis sa création en 1995 et a su, au fil du temps, y faire adhérer la quasi-totalité des communes concernées du Val d’Oise et des Yvelines. Dans son dernier message, Gérard a rapidement rappelé le chemin parcouru pour et par le Parc et a tracé la route qu’il souhaite voir suivie par ceux qui poursuivront la tâche.

Le Conseil général du Val d’Oise ensuite au sein duquel il siège depuis 34 ans, dont il est aujourd’hui le doyen, mais au sein duquel il a toujours mis toute sa vigueur, sans esprit partisan, avec le seul but de contribuer à son développement.

La devise du parc qu’il aime à rappeler « protéger en développant, développer en protégeant » et son combat pour que le département soit un des acteurs principaux, aux côté des communes, pour que les territoires soient dotés des équipements et  des investissements indispensables ont guidé son engagement politique qui remonte à l’année 1960, date de sa première élection comme maire de la belle commune d’Ennery.

La « standing ovation » des maires et autres conseillers syndicaux du Parc et l’hommage rendu au terme des débats en assemblée départementale montrent combien, au-delà des clivages politiques, l’homme était et reste apprécié et respecté de tous.

Ma première rencontre avec Gérard ce fut à l’occasion des réunions qu’il présidait dans le cadre de l’élaboration du premier contrat régional que le département engageait pour la réhabilitation des berges de l’Oise. J’étais à l’époque président d’une de ces associations et j’ai tout de suite senti en Gérard la volonté d’action, de concertation mais aussi de persuasion qui l’a toujours animé.

Par la suite, j’ai toujours été impressionné par ses interventions et les accents qui rappellent tout à la fois le Général De Gaulle et le colonel Bigeard.

C’est aujourd’hui un ami à que je veux rendre un hommage appuyé pour tout ce qu’il représente et ce qu’il a fait et je suis certain que les Vexinois et les Valdoisiens se joignent volontiers à moi et à tous ceux qui veulent lui adresser un grand « MERCI Gérard ».

D’autres conseillers généraux ont décidé de ne pas se représenter au terme de leur mandat et j’adresse également un salut amical à mes collègues de l’UVO Raymond Lavaud et François Longchambon avec lesquels j’ai aimé travailler pendant treize années.

A demain avec N comme NOMBRIL

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires