Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 07:00

2011 03 06 nombril

La lettre N offre à priori beaucoup de possibilités et j’aurai pu choisir, s’agissant de l’appréciation que je porte sur la gestion socialiste du département, « néfaste », « navrante » ou « nocive ». De même j’aurai pu évoquer une communication « narcissique », mais j’ai donc choisi le mot « nombril » car il me semble illustrer ce que fixe, derrière des œillères, le regard des élus de cette « pseudo-majorité » socialiste départementale.

Ils ont oublié que le nombril correspond à la cicatrice résultant de la coupe du cordon ombilical et c’est pourtant bien là que la comparaison devient évidente entre la politique menée jusqu’en mars 2008 et celle qu’ils mènent depuis.

Le 4 octobre 1967, Adolphe Chauvin, devenu le premier président du Conseil général du Val d’Oise disait : "Nous sommes embarqués pour une grande aventure. Le chantier est vaste, tout est à faire, tout est à créer ".

Chacun peut mesurer tout ce qui a réellement été fait, tout ce qui a été créé quarante et un an plus tard. Gérard Claudel que j’évoquai hier, et qui au sein du groupe « Union pour le Val d’Oise » a été aux affaires durant cette période, en dresserait mieux que moi l’inventaire : les collèges, les routes, l’université et la venue des grandes écoles, le nombre important d’équipements sociaux, culturels, sportifs et administratifs ont poussé sur tous les territoires valdoisiens grâce au soutien apporté, par le Conseil général et sans clientélisme, aux communes et associations.

Quelle sera la marque que laissera Didier Arnal et ce qu’il est bien difficile d’appeler ses « amis » tant la démonstration est faite de leurs divergences, querelles et divisions politiques au point qu’ils se présentent en ordre dispersés à l’occasion de ces élections cantonales ?

Force est de constater que le cordon a bien été coupé depuis et il est certain que nous allons porter longtemps les traces de cette cicatrice.

Ceux qui se pencheront dessus avec la tâche de trouver le remède diagnostiqueront : dette, absence d’investissement, abandon du soutien aux communes, abandon de la valorisation des sites et du patrimoine de notre département, distribution d’aides sans discernement, justification permanente d’une incapacité à agir….

Je connais pour ma part l’ordonnance à prescrire : un vote sanction les 20 et 27 mars prochain !

A demain avec O comme ORIENTATIONS

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires