Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:26

 

2011 03 11 sportContrairement à ce que disent le président Didier Arnal et le vice-président en charge du sport Philippe Démaret, la réforme des collectivités territoriales, qui prévoit en 2014 l’élection d’un conseiller territorial par canton pour siéger au Conseil général et au Conseil régional, n’interdira pas le versement par le département de subventions aux associations et clubs sportifs.

Il est vrai que d’agiter le chiffon rouge sur une perte de compétence, même infondée, est plus facile pour cette « pseudo-majorité » que de devoir faire le bilan de l’action menée dans le domaine du sport depuis 3 ans.

Car ce bilan est particulièrement désastreux et nombre de clubs ne se privent pas pour exprimer ce qu’ils pensent du comportement de ce vice-président qui n’est jamais avare de promesses mais qui est absent quand il faut les tenir. Ils ne se privent pas non plus pour s’exprimer sur les attributions de subventions souvent considérées comme injustes pour ne pas dire teintées d’un favoritisme certain. Je rappelle s'il en était besoin que Philippe Démaret a qualifié lui-même le dispositif qu'il a fait voter et sa propre répartition des subventions aux différents clubs de débile !

Je ne nie pas qu’en la matière il soit particulièrement difficile de pouvoir répondre à l’attente des clubs qui se mobilisent sans compter, bénévolement dans la plupart des cas, pour animer des écoles, encadrer des équipes et assurer un rôle éducatif important vis-à-vis des jeunes en particulier. Mais les règles de la politique sportive doivent être claires et comprises pour être admises, ce n’est absolument plus le cas aujourd’hui.

Pourtant, le Val d’Oise est le département le plus jeune de la France métropolitaine et le Conseil général a en conséquence une responsabilité forte qu’il doit assumer en toute impartialité.

Si l’on se penche maintenant sur le rôle que cette « majorité socialiste de circonstance » a eu pour aider les communes à se doter des équipements sportifs, il faut une nouvelle fois rappeler que les aides ont fondu, les taux de subventions ayant dans un premier temps été réduits avant que ne soit votée la nouvelle bible de la contractualisation qui met les communes sous une véritable tutelle et leur interdit de mettre en œuvre de nombreux projets. Comme pour les écoles et les routes, l’examen des dossiers inscrits dans la soixantaine de contrats signés à ce jour montrent bien que les travaux d’entretien lourd et de réhabilitation d’équipements sportifs pour les 4 années du contrat sont peu nombreux et que la création de nouveaux équipements est quasi nulle. Ceci marque une nouvelle fois l’abandon du partenariat privilégié avec les communes, qu’avait noué, sans favoritisme, notre groupe « Union pour le val d’Oise ».

Il est temps de recrédibiliser le département auprès du monde du sport et pour cela de renvoyer ceux qui sont responsables de ce gâchis au vestiaire.

Cela peut et doit se faire les 20 et 27 mars prochain.

A demain avec T comme TRANSPARENCE 

Et pour être quotidiennement informé de la suite de l’Abécédaire et des articles publiés, inscrivez-vous à ma newsletter.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires