Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 11:38

 

logo EOALa période est particulièrement chargée en réunions d’instances diverses en la matière.

Mercredi dernier, un conseil d’administration de l’Entente Oise/Aisne à Laon avec la décision de lancer les enquêtes sur un ouvrage à réaliser sur Marle dans l’Aisne, jeudi réunion à Compiègne de la Comiter des Vallées de l’Oise (Commission territoriale de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie), ce samedi participation à l’assemblée générale de l’UNALCI (Union Nationale des Associations de Lutte Contre les Inondations), cette semaine participation au séminaire organisé à Dunkerque par l’ACUF (Association des Communautés Urbaines de France) et le CEPRI (Centre Européen de Prévention du Risque Inondation) sur la restitution d’une étude relative à la résistance et la résilience des zones urbaines en période de crue et, à venir d’ici la fin de l’année, de nouvelles réunions au sein de l’Entente et en novembre un colloque national "Eau, enjeux majeur de nos territoires : quelle nouvelle gouvernance demain ?" organisé en Ardèche par l’AFEPTB (Association Française des Etablissement Public Territoriaux de Bassin).

Vous le voyez, nous ne ménageons pas nos efforts pour Agir en vue de réduire les conséquences du risque inondation.

Depuis maintenant prés de 12 ans que je siège à l’Entente Oise/Aisne et 10 ans que je préside la structure, je ne peux d’ailleurs que me réjouir de ce qui a été réalisé depuis les fortes crues de l’Oise de 1993 et 1995 qui restent dans la mémoire des populations résidant en bord d’Oise en Val d’Oise.Oise01LaFereCrueDec1993

Cependant, outre que l’Entente a été reconnue comme Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) au sens de la Loi Bachelot de 2003, que nous sommes régulièrement associés à la Préfecture de Région, aux DRIEE et DREAL des régions dont tout ou partie du territoire est situé dans le bassin versant de l’Oise et de l’Aisne, que nous travaillons de pair avec l’Agence de l’Eau Seine-Normandie pour toutes les actions d’entretien et de restauration des cours d’eau et des milieux, que nous sommes régulièrement conviés à participer et faire part de nos expériences dans le cadre de la mise en œuvre des directives européennes destinées, pour l’une à atteindre le bon état écologique de l’eau, et pour l’autre à réduire l’impact des inondations sur les personnes et les biens, outre encore que nous sommes invités lors de colloques et autres assemblées générales d’institutions et d’associations diverses intervenants sur ces sujets et que nous siégeons et jouons un rôle important au sein de l’AFEPTB et du CEPRI, il me faut bien avouer qu’il devient de plus en plus difficile de faire jouer l’indispensable solidarité de bassin pour obtenir les résultats qu’attendent légitimement, de la collectivité toute entière, les populations qui vivent dans les zones inondables.

Oiseencrueen1993…CompiegnePhotodeC.SHRYVEC’est ainsi qu’après avoir réalisé 2 ouvrages de régulation des crues sur la rivière Oise à Longueuil-Sainte-Marie (15 millions de m3) et Proisy (4 millions de m3), d’avoir pu mesurer que ce dernier avait permis d’exonérer quelques 450 maisons de la forte crue de janvier 2001 sur la région de Guise dans l’Oise et de pouvoir lancer les enquêtes sur 2 nouveaux sites sur la branche Oise dans l’Aisne ( Saint-Michel et Marle), nous nous heurtons aujourd’hui à des oppositions locales pour engager les études en vue de la réalisation des ouvrages complémentaires sur la branche de la rivière Aisne. Inscrits dans la stratégie d’action de l’Entente, ces ouvrages sont pourtant indispensables à la panoplie d’outils qu’il nous faut pouvoir activer en cas d’inondations du type de celles de 1993 et 1995, conséquentes de la concomitance des crues de l’Aisne et de l’Oise.

J’ai l’habitude de dire qu’en la matière, l’Entente Oise/Aisne dispose de la structure voulue par les 6 départements il y a maintenant 44 ans (Aisne, Ardennes, Oise, Marne, Meuse et Val d’Oise), qu’une stratégie a été définie et votée sur les bases du rapport, reconnu par tous, que l’ingénieur Jean Dunglas à réalisé à la suite de la crue de 1993, que nos projets sont inscrits dans le Plan Seine de l’Etat et que nous disposons des ressources financières pour réaliser nos ouvrages du fait des participations garanties à hauteur de 80% et de nos fonds propres.

Beaucoup  de structures peuvent nous envier de disposer ainsi de la stratégie et de la capacité financière pour réaliser nos investissements et en assurer la maintenance.

Optimiste de nature, je reste donc confiant tout en appelant à la mobilisation de ceux qui ont un intérêt à ce que nous puissions poursuivre nos actions et cette mobilisation devient nécessaire pour ne pas laisser la parole aux seuls opposants aux projets.

Certes, nous demandons aux populations de l'amont du bassin de permettre que soient réalisés des ouvrages qui ont pour objectifs de protéger d'autres populations qui vivent dans les zones urbanisées de l'aval de ce même bassin et certes nous devons prendre en compte et compenser, voire indemniser, ceux qui seront impactés par nos projets. Mais nous ne pouvons accepter que la collectivité toute entière soit mise à contribution pour indemniser les dommages des inondations sans agir pour en réduire l'impact économique et social.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Entente Oise-Aisne
commenter cet article

commentaires