Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 22:50

2011 02 22 €

Si les Pontoisiens ont besoin de savoir quels sont les projets et engagements sur lesquels s'engagent les candidats, ils ne sont malheureusement pas toujours en capacité de décrypter et de mesurer ce qui est du domaine du possible et du réalisable de ce qui est de la pure promesse sans lendemain.

La liste socialiste présente 108 propositions dont une bonne partie sont déjà une réalité (ex : mise en place des rythmes scolaires, service logement, accompagnement des demandeurs d’emploi…) et d’autres sont des engagements creux du genre : mettre au profit, favoriser, enrichir le livret… autant de promesses qui n’engagent pas réellement. Et que dire de toutes les promesses de gratuités, soutiens, prises en charge, réductions… qui vont peser lourdement sur le budget de la ville quand ce dernier est contraint par les baisses de participations du gouvernement que Madame Brami et ses colistiers soutiennent. Et tout ceci sans augmenter les impôts. Gare au retour des déficits que nous ont laissés les socialistes pontoisiens en 2001.

Toujours sans augmenter les impôts, une autre tête de liste, tout en dénonçant une politique qu’il a toujours votée, nous annonce de multiples projets. En y regardant de près ces projets sont déjà réalisés ou en cours, techniquement irréalisables ou incompatibles avec la capacité budgétaire de la ville :

  • créer 150 places de crèches en plus de celles prévues dans le projet du quartier Bossut: coût annuel de plus d'1 million d'euros;
  • créer une école de 7 classes dans l'actuelle maison des associations : impossible faute de surfaces disponibles pour les classes, les espaces extérieurs, les cantines et les besoins administratifs;
  • reconstruire l'école Jules Verne : incompatible avec le projet de construction du futur collège par le Conseil général, par ailleurs propriétaire du terrain;
  • créer 2 lignes de navettes bus fonctionnant toute la journée : compétence de l'agglomération et charge annuelle de l’ordre de 250 000 euros;
  • ouvrir des négociations avec les bailleurs sociaux pour la réhabilitation des immeubles et logements : déjà une réalité aux Larris et à Marcouville, en cours de négociation pour la réhabilitation de plus de 1000 logements dans les quartiers des Louvrais et des Cordeliers;
  • réaliser 300 places de parking sur le site du Parc d'expositions Saint-Martin : incompatible avec l'autre promesse de création d'un pôle tennistique sur le site pour la simple raison que le terrain disponible n'est pas suffisant. Où ? avec quels fonds ? reconstruire un nouveau hall alors que la Communauté d'Agglomération de Cergy-Pontoise n'est prête à mettre que 7,2 millions d'euros quand l'ensemble en coûterait près de 3 fois plus;
  • créer un studio de répétition et d'enregistrement aux Louvrais : trop tard car déjà en cours de travaux pour une ouverture programmée au second trimestre 2014;
  • créer un auditorium de 800 places avec 300 places de parking sur le site de l'ancienne chambre de commerce rue de Rouen, y installer la maison des associations, le Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine (CIAP), une école de musique et de danse, une antenne "bien vieillir" et des salles de réunions… : projet de parking irréalisable techniquement du fait de la proximité de la Viosne et du risque d'inondation du secteur. Une telle promesse couterait entre 15 et 20 millions d'euros sans qu'elle puisse être bien financée. Projet par ailleurs rejeté par avance par les habitants et associations du quartier;
  • permettre l'implantation d'un hôtel sur le site de l'ancien tribunal : non viable économiquement. Problème, le site est propriété du Conseil général, actuellement en contact avec des porteurs de projets;
  • créer un poste d'adjoint au maire en charge de la sécurité et de la prévention : déjà proposé par Philippe Houillon;
  • installer le poste de police municipale rue de Rouen : où, pour quelle utilité et avec quel financement ?
  • supprimer 15 des 19 caméras prévues pour le vidéoprotection : non conforme aux accords passés avec le ministère de l'Intérieur et perte d’une partie non négligeable du financement obtenu pour les travaux;
  • augmentation des effectifs et des horaires de la police municipale : reprise du programme de Philippe Houillon.

Pour en assumer la responsabilité depuis 13 ans, je connais assez bien les finances de la ville de Pontoise et je peux affirmer que ces programmes ne sont pas finançables sans augmenter les impôts. Les sources de financement annoncées sont plus qu’incertaines, les redéploiements de crédits fantaisistes et les économies totalement exagérées.

Encore une fois, ne nous trompons pas : les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent et si la vérité était tellement agréable… tout le monde la dirait !
Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires