Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 15:57

Lors de la séance publique de vendredi, le "Bilan économique et social 2008/2009 du Val d'Oise" a été présenté et commenté. Comme chaque année, ce document, réalisé par les services du CEEVO (Comité d'Expansion Economique du Val d'Oise) donne une image sur les forces et les faiblesse de notre département sur de nombreux domaines et en particulier sur l'emploi, la santé économique des entreprises, le logement… Il faut donc saluer comme il se doit le travail effectué par les services qui permettent de bénéficier de ce cliché. Mais au-delà, il reste que les responsables politiques, quand ils disposent de l'exécutif d'une collectivité, ont la responsabilité de proposer des actions concrètes pour infléchir les tendances et corriger des situations préoccupantes. C'est ce qu'au nom du groupe Union pour le Val d'Oise, Philippe Métézeau a exprimé. Je vous invite à en retrouver une synthèse ci-après :

 

"Le bilan économique et social du département permet de prendre connaissance de données statistiques fiables et mises a jour, mais il se doit d'être aussi un outil de pilotage du Département, et c'est pourquoi nos attentes sont fortes. Nous notons avec satisfaction que les bilans tirés pour la période 1999-2006 montrent et démontrent l'efficacité des politiques engagées par la précédente majorité tant sur les aspects économiques et sociaux que sur les problématiques de formation des jeunes et d'insertion professionnelle même si des marges de progression existent toujours, nous l'admettons volontiers.

Mais le bilan des 2 dernières années doit, pour sa part, être regardé comme celui de l'actuel exécutif départemental. Bien sûr il ne s'agit pas pour nous de prétendre que le Conseil général est l'unique et entier responsable de la situation économique et sociale du Val d'Oise. Mais, de même qu'hier, l'orque vous étiez dans l'opposition, vous vous serviez du bilan économique et social pour juger de la politique de la majorité d'alors, vous comprendrez aisément que votre opposition se livre aujourd'hui à un exercice similaire puisque vous semblez avoir un peu de mal à vous livrer à une quelconque autocritique sur vos décisions.

 

I- Sur le marché de l'emploi d'abord :

C'est le sujet de préoccupation des Valdoisiens, comme celui de tous les français et nous ne pouvons pas ne pas en parler. Pendant longtemps, la situation de l'emploi a été positive. Votre rapport le dit lui même, plus de 50 000 emplois ont été créés entre 1999 et 2006 dans notre département. Il s'agissait d'emplois du secteur privé, donc le fait d'entreprises, et ce n'est pas rien ! Depuis peu, la situation tend à se retourner et nous notons que depuis la fin de l'année 2009, la tendance est particulièrement nette dans l'industrie.

Depuis 2008, vous n'avez cessé de diminuer l'aide du Conseil général à la création, au développement et au maintien des entreprises dans notre département. Nous savons que vous êtes par tradition plutôt versés dans la création d'emplois publics, ce que vous ne vous êtes pas privés de faire depuis 2008, avec des créations par centaines.

La suppression des aides à la création d'entreprises vient ici à contretemps de la réalité de la situation économique du département parce que ne pas aider la création d'entreprises, c'est tuer des emplois.

De même, si vous aviez adopté, comme l'ont fait la très grande majorité des départements de droite comme de gauche, un plan de relance parallèlement à celui de l'Etat, nous n'aurions pas aujourd'hui une situation de l'emploi en voie de dégradation rapide. Partout où cela a été fait, les responsables politiques constatent que leur plan a servi a minima d'amortisseur social voire même de véritable levier au développement de l'emploi.

Nous sommes enfin frappés par votre inertie sur un certain nombre de grands sujets et notamment sur celui de l'emploi des jeunes. Les indicateurs constatent une nette augmentation des chômeurs de moins de 25 ans (+ 2000 en un an), mais nous n'avons pas entendu un mot dans cette assemblée pour évoquer ce qui doit être entrepris pour ces 9000 jeunes chômeurs alors même que vous savez que beaucoup sont des jeunes diplômés fraîchement entrés sur le marché du travail et qu'il est impératif de leur trouver une solution transitoire pour ne pas perdre leur employabilité.

 

Ce que nous retenons de cet aspect du bilan c'est :

1- que la situation du marché de l'emploi commence à se dégrader

2- que les indicateurs sont nets mais que vous semblez les ignorer

3- que votre absence de réaction et le manque de soutien aux créateurs et aux entreprises n'a fait qu'accentuer la dégradation de l'emploi dans notre département.

 

II- Sur les projections de développement du territoire

Le rapport sur le bilan nous présentent quelques éléments importants sur les grandes inflexions dans le département. Nous en retiendrons 3 à titre d'exemples qui nous paraissent extrêmement importante pour l'avenir :

 

-  le premier exemple concerne la plate-forme de Roissy

La zone aéroportuaire a longtemps été un des grands poumons économiques du département. Elle accueille un nombre d'entreprises extrêmement important et comporte donc plusieurs milliers d'emplois réels, actuels mais aussi potentiels. Or, depuis quelques temps, le marché de l'aviation civile est extrêmement tourmenté. Les compagnies aériennes tendent à réduire leur activité et leurs effectifs. Ce contexte impacte celui de la zone aéroportuaire. On commence à le constater dans la baisse des mouvements aériens et de l'activité "passagers" de l'aéroport (environ 90 en moins par jour), mais aussi dans les projections en besoins d'emplois qui marquent le pas, voire même diminuent. Si la réduction du nombre de vol peut nous satisfaire sur un plan strictement environnemental, il ne faut surtout pas en ignorer les conséquences économiques. En d'autres termes, et sans faire de scénario catastrophe, le risque existe que les activités de Roissy ne tirent plus le département au même rythme que les années précédentes.

Face une telle situation, une réflexion s'impose sur la façon de maintenir le niveau d'activités dans cette zone et avec elle, le même niveau d'emplois. Ces éléments sont connus de vous et nous sommes surpris que dans le "plan stratégique de développement économique" présentés il y a quelques jours à peine, de tels élément aient été oubliés. Vous faites un constat, vous n'en tirez pas les conséquences !

 

-         le deuxième exemple concerne l'emploi industriel qui s'érode de façon générale. Le Val d'Oise n'échappe pas à ce phénomène, en particulier pour les activités tournées vers l'aviation. Or, une partie de la stratégie de développement du Conseil général semble reposer sur cette industrie. Ce choix pourrait paraître hasardeux si nous ne prenons pas garde à  conduire ces activités à se tourner aussi vers une plus grande "tertiarisation".

 

-         le troisième exemple est l'absence totale de vision sur ce qui pourrait être un des grands axes de développement du département : celui du transport fluvial

A l'annonce de la réalisation d'un nouveau tronçon du Canal Seine Nord Europe par le président de la République, qui s'était alors rendu à l'Isle Adam, nous avions pu mesurer l'absence totale de projet dans ce domaine de la part de l'actuelle "majorité départementale", là où la précédente avait placé des espoirs importants dans ce secteur.

Nous aurions pu espérer que depuis, cette réalité avait progressé dans les esprits et que le président du Conseil général et son équipe se seraient enfin emparés du sujet. Ce document bilan, comme le plan stratégique nous prouvent hélas que ce n'est pas le cas et nous mesurons l'écart immense qui existe entre les paroles et les actes de l'actuel exécutif en matière d'environnement et de développement durable. Il y a pourtant là un champ de développement immense que l'actuelle majorité se refuse à considérer à sa juste valeur. Cela est une hérésie pour un département comme le nôtre traversé par deux grands axes fluviaux comme la Seine et l'Oise.

 

Pour conclure, votre façon d'aborder ces sujets économiques nous paraît totalement statique et décalée et nous retenons de ce bilan, au-delà des éléments que nous avons déjà évoqués :

1- que vous avez des indicateurs crédibles qui vous donnent quelques éléments tangibles sur les évolutions à accompagner dans le département, et au bon moment

2- que vous ne regardez pas au-delà de l'avenir immédiat et que ce manque d'anticipation sera source d'actes manqués

3- qu'il est urgent que le Val d'Oise prenne un tournant sur le plan de son développement économique, mais que nous ne voyons pas bien comment vous comptez vous y prendre pour accompagner ces mouvements afin que les Valdoisiens n'en pâtissent pas."

Partager cet article

Repost0

commentaires