Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 10:38

Ce vendredi se tenait la dernière réunion de l’assemblée départementale avec un ordre du jour conséquent qui aurait bien mérité que le président Arnal n’annule pas la séance initialement programmée pour le 17 décembre prochain.

Fait marquant de cette réunion, le débat en vue de la production de l’avis du Val d’Oise sur les projets de transport du « Grand Paris ». Si au cours de ce long débat des positions globalement communes de la « majorité » et de notre groupe se sont exprimées, la rédaction partisane de l’avis rédigé par la gouvernance socialiste ne le reflétait pas. Pour parvenir à un avis commun et unanime de notre assemblée, par ailleurs souhaité par le président Arnal, Arnaud Bazin a donc proposé au nom de notre groupe que soit reprogrammée la réunion annulée du 17 décembre afin de permette, dans l’intervalle, de travailler sur un texte commun. Il aura fallut passer par des invectives et des critiques infondées du président Arnal pour finalement obtenir que la Commission permanente du 6 décembre, élargie à l’ensemble des conseillers généraux,  soit saisie de ce travail.

Ceci est l’illustration parfaite de la crispation des débats que nous constatons au fil des séances depuis que l’assemblée est présidée par Didier Arnal.

Autre sujet important, la modification de la délibération fixant les modalités de mise en œuvre du contrat relatif à l’aide départementale aux communes pour la réalisation d’équipement et de travaux. Le groupe UVO n’avait pas voté cette délibération, le 15 janvier dernier, au motif qu’elle imposait aux communes une quasi tutelle avec une enveloppe, des critères injustes et redondants pour certains, et un calendrier de mise en œuvre de leur programme. Nous avions dénoncé la communication qui était faite de ce dispositif que les socialistes présentaient comme un soutien plus important de l’aide du département et dont nous savons tous aujourd’hui qu’il n’en est rien. La réalité nous donne malheureusement raison aujourd’hui. Premièrement l’enveloppe financière annoncée de 50 millions d’euros ne sera pas atteinte. Et pour cause, moins de 60 contrats sur les quelques 300 attendus seront signés fin 2010. Nous avions dénoncé le fait que ce « contrat » réduisait considérablement le soutien financier du département aux communes, mettant particulièrement en grande difficulté  les petites communes qui n’ont aujourd’hui plus les moyens d’entretenir leur réseau de voiries communales. Imaginez l’état de nos routes dans 4 ans si nous ne sommes pas écoutés sur ce point.

En réponse, toujours et encore le même leitmotiv pour justifier une incapacité à présenter une politique cohérente pour répondre aux attentes légitimes des Valdoisiens, quels que soient leur âge, leur lieu de résidence, leur origine sociale….  : la critique du gouvernement et de l’ancienne gestion départementale.

Ce n’est pas sérieux !

La dynamique insufflée en son temps par notre majorité Union pour le Val d’Oise a fait ses preuves et l’évolution du Val d’Oise de 1964 à 2008, dans tous les domaines, en est la parfaite illustration.

Cette dynamique est malheureusement  aujourd’hui en panne.

Partager cet article

Repost0

commentaires