Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 15:08

Vendredi prochain l’assemblée départementale aura à se prononcer sur le projet de budget 2011. Hé oui, fin  avril pour fixer les autorisations de dépenses d’un exercice largement entamé !

La faute à qui ?

Le 4 mars dernier, lors du débat d’orientation budgétaire, Arnaud BAZIN, encore porte parole du groupe d’opposition Union pour le  Val d’Oise, avait dénoncé le fait que Didier ARNAL et la majorité socialiste d’alors n’avait pas fait voter le budget avant les élections, préférant utiliser la tribune du Conseil général pour annoncer (comme dans un dernier tract électoral avait dit Arnaud BAZIN) des mesures dont nous savons aujourd’hui qu’elles ne sont pas financées et éviter ainsi de devoir aborder la question des recettes et en particulier celle de la fiscalité.

D’autres avaient annoncé la couleur puisque tant Gérard SEBAOUN, encore vice-président du Conseil général, avait évoqué dans son intervention la nécessité de réduire l’endettement du département et ouvert la piste de l’augmentation de la fiscalité qu’Alain LEIKINE dans sa campagne électorale à Argenteuil (voir le blog de Xavier PERICAT à ce sujet) avait annoncé que Didier ARNAL serait dans l’obligation d’y procéder.

Didier Arnal lui-même, après avoir évoqué le « tas d’or » dont aurait disposé le président SCELLIER en 2007, a déploré à plusieurs reprises que la fiscalité du département ait été figée pendant de si longues années et ne comprenait pas que les impôts n’aient pas été augmentés dès 2004. Président il n’a pourtant pas adapté les recettes fiscales du département pour des raisons purement politiques au moment ou il dénonçait par ailleurs une « dette » de l’Etat et critiquait la réforme fiscale de la taxe professionnelle.

Pour notre part nous maintenons que l’augmentation de la fiscalité n’est pas une fatalité si l’on se garde de remettre en cause les équilibres fondamentaux et affirmons que la politique menée jusqu’en 2007 était vertueuse car s’équilibrant en recettes et dépenses tout en répondant aux exigences des Valdoisiens et en participant à l’effort important d’investissement sur tous les territoires.

Aujourd’hui, alors que la majorité départementale « Union pour le  Val d’Oise »  se retrouve en responsabilité, nous découvrons une situation financière encore plus catastrophique qu’envisagée, avec une dette qui atteindra le milliard d’euros en 2012, des charges de fonctionnement montrant clairement que Didier ARNAL et ses « amis » avaient engagé des dépenses dans la pure ligne de la « distribution des aides » chère aux socialistes mais sans en mesurer ni en contrôler les impacts.

Il nous appartient donc de prendre les mesures indispensables pour éviter une possible mise sous tutelle avec ce que cela implique pour les Valdoisiens : forte hausse des impôts, baisse des aides et en particulier des subventions au monde associatif, suppression de primes et autres avantages aux personnels… 

Pour ma part, en charge des finances de la Ville de Pontoise, j’ai connu une situation identique qui nous avait obligés, en 2001 avec Philippe HOUILLON et l’équipe municipale, à jouer les « docteurs » après la gestion calamiteuse d’un maire socialiste.

L’’ordonnance est malheureusement souvent la même : optimisation des recettes par le relèvement des taux de la fiscalité et la baisse drastique des dépenses qui n’ont pas de caractère obligatoire ou qui sont de moindre priorité.

C’est donc sur la base de la maquette du budget établi par la majorité socialiste, qui soit dit en passant était prêt le 4 mars dernier, que l’assemblée départementale aura à se prononcer vendredi prochain.

 Nous y avons apporté, première étape du redressement financier, des ajustements en vue notamment de réduire le recours à l’emprunt initialement prévu et de financer le plan d’urgence pour les routes.

La seconde étape sera  le vote d’un budget supplémentaire qui intégrera un important plan d’économies pour 2011 et les années suivantes afin de ne pas faire peser les redressements sur les seuls Valdoisiens.

Par  respect pour les conseillers généraux, je ne donne pas de détail avant que se tiennent les réunions de la commission des finances jeudi après midi et de l’assemblée départementale vendredi matin, mais le groupe Union pour le Val d’Oise fera toute la lumière sur la situation financière laissée par Didier ARNAL et ses amis socialistes dès après le vote du budget.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires