Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 20:26

Cela fait maintenant prés de trois semaines que je n’ai pas pris ma plume ou devrai-je plutôt dire que je n’ai pas frappé sur mon clavier pour alimenter mon blog.

Ce n’est pas que trop absorbé par la sur-médiatisation des primaires socialistes j’ai passé mon temps avec l’oreille collée au poste de radio, passé mes soirées dans le sofa devant la télévision ou encore lu, rangé et commenté tous les articles trouvés dans la presse sur le sujet. Non, mais c’est tout simplement qu’un emploi du temps chargé ne m’a pas laissé beaucoup le temps de communiquer.

Mais puisque j’ai évoqué les primaires socialistes, je vais m’arrêter un peu sur le feuilleton « François, Martine, Arnaud, Ségolène, Manuel, Jean-Michel et les autres… » dont nous avons tous suivi, ou subi de gré ou de force, les épisodes.

Le scénario était à priori bien écrit : la possibilité offerte aux électeurs qui le souhaitaient de participer à la désignation du futur candidat du Parti socialiste aux prochaines élections présidentielles.

En effet, qui peut contester que le fait de faire désigner un candidat par l’élection plutôt que de voir l’appareil politique décider seul n’est pas le moyen le plus démocratique. Il est même certain que ce soit le vœu majoritairement exprimé, en particulier celui des militants, pour qu’une plus grande place soit donnée à la base dans les partis politiques.

Les « erreurs » commises à droite pour la composition des listes lors des dernières élections régionales et sénatoriales doivent nous amener à tirer beaucoup d’enseignements de ces primaires.

Mais une fois convenu que cette méthode est plus démocratique, il me semble utile de se poser les questions suivantes :

  • ces primaires socialistes auront-elles données aux électeurs inscrits ou en passe de l’être  une bonne image des politiques ?
  • les débats auront-ils fait la démonstration que les élus responsables (ils le sont tous) débattent plus sur des idées qu’ils se battent entre eux, parfois avec des propos sévères, pour pouvoir être celui qui aura le pouvoir ?
  • de « François, Martine, Arnaud, Ségolène, Manuel ou jean-Michel », qui pourrait disposer demain d’une majorité parlementaire en refusant d’appliquer un autre programme que celui voté par le parti socialiste ?
  • les candidats ont-ils fait la démonstration d’une unité capable de former une équipe gouvernementale en capacité de prendre les décisions importantes et de poursuivre les réformes engagées par l’actuelle majorité et même d’engager celles, indispensables, qu’il faudra voter pour remettre notre pays et l’Europe dans le concert  des nations qui comptent ?

Je suis certes partisan, mais franchement j’en doute.

Par contre je me dis que les campagnes à venir en 2012 pour choisir un président et lui donner une majorité d’action devront être d’un autre niveau. En effet, si nous voulons éviter le remake du 21 avril 2002 et éviter ainsi de devoir choisir, par défaut, un président de gauche ou de droite plutôt que le Front national, il nous faudra mettre en avant de réelles oppositions de programme.

Nous aurons le temps d’y revenir mais à titre d’exemple, vaut-il mieux se poser la question du choix de Nicolas ou de François, puisqu’il semble à l’heure ou je termine cet article qu’il sorte vainqueur, plutôt que de se demander :

  • Suis-je pour ou contre le vote des étrangers aux élections locales ?
  • Suis-je d’accord pour la création de 300 000 nouveaux emplois « dits d’avenir » plutôt que de donner aux entreprises le moyens de favoriser l’emploi des jeunes ?
  • Suis-je d’accord pour mettre fin à l’énergie nucléaire en laissant croire que les énergies renouvelables seront en capacité de compenser les besoins alors non satisfaits ?
  • Suis-je d’accord avec le retour à la retraite à 60 ans avec le risque certain de ne plus pouvoir assurer le paiement des pensions dans un proche avenir?
  • Suis-je d’accord pour donner le droit d’adoption aux couples homosexuels ?
  • Suis-je d’accord pour que l’on me prive du droit de choisir mon député en réinstaurant la proportionnelle (scrutin de liste) pour les élections législatives

Autant de questions que devront se poser les électeurs à l’heure du choix final.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires