Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 11:39

Quelques mises au point sont nécessaires pour apporter la contradiction à certains messages diffusés via la communication outrancière de la gouvernance socialiste du Conseil général.  Il est certes difficile de contrer cette communication qui utilise, fait sans précédent, tous les moyens dont dispose le Département au seul profit de son président, de sa critique à l’égard du gouvernement  ou des trois seuls dispositifs qu’il pourra mettre en avant au terme de son mandat et dont nous reparlerons le moment venu.

Notre conception de la communication départementale est toute autre et je rappellerai que sous la gestion U.VO., cette dernière était simplement et uniquement mise au service du Val d’Oise et de ses atouts. Les acteurs du monde culturel et sportif en particulier se voient systématiquement  refuser la possibilité de communiquer sur les abris bus  pour des évènements majeurs au motif clairement exprimé que ces derniers sont exclusivement réservés à la communication institutionnelle.

Qu’est-ce qu’une communication institutionnelle qui se veut exclusivement tournée vers le mérite de son président et à la critique d’un gouvernement qu’il ne soutient pas. A quand les portraits en couleurs sur ces panneaux et sur les murs des bâtiments départementaux ?

Mais pour revenir aux mises au point évoquées plus avant, je prends comme exemple l’annonce faite dans le mensuel du Conseil général « Le Val d’Oise c’est vous ! » de septembre dernier. Il est fait mention d’un soutien financier aux associations de 33 millions d’euros. La réalité est toute autre, et l’on vous cache que dans ce chiffre il est compté les subventions de fonctionnement accordées à des structures en charge de compétences déléguées par le Département  et qui ne sont en rien comparables aux associations constituées de bénévoles qui s’engagent pour animer nos villes et nos campagnes sur le plan culturel, sportif, environnemental...

Pour information, il faut savoir que le montant total des subventions, d’un montant supérieur à 10 000€ et votées pour l’année 2010, est de 17,5 millions d’euros. Mais surtout, sont comptées dans ce chiffre les subventions versées au CEEVO (Comité d’Expansion Economique du Val d’Oise), au CDTL (Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs), au COS (Comité des Œuvres sociales), à l’ADIAM (Association Départementale d’Information et d’Actions Musicales), à l’ACCET (Association pour la promotion Création de Centres d’entreprises Tertiaires) et d’autres associations encore, toutes directement dirigées par des vice-présidents de l’exécutif socialiste du Val d’Oise. Sur les 17,5 millions d’euros, nous avons recensé plus de 6 millions qui leur sont affectées. Avouez qu’entre 33 et 11 millions d’euros, l’omission est plus que grossière.  Mais est-ce bien une omission ?

Le conseiller général que je suis sait bien que la répartition de la masse budgétaire dédiée aux monde associatif n’est pas sans limite, qu’il est particulièrement difficile de la répartir en tenant compte du poids de l’histoire, des projets et des résultats des associations. Mais ce que je n’accepte pas c’est la langue de bois et l’engagement non tenu, et j’en connais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article

commentaires