Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 20:42

 

Le 25 septembre 2012, devant le Comité des Finances Locales, le gouvernement indiquait que les collectivités verraient leurs dotations diminuées de 2,25 milliards d’euros d’ici à 2015. Mais, ô surprise, le 12 février 2013, une nouvelle fois devant le Comité des Finances Locales, le Gouvernement abat un coup de massue sans précédent sur les collectivités locales, puisque la baisse cumulée de leurs dotations en 2014 et 2015 ne sera finalement pas de 2,25 milliards d’euros, mais de 4,5 milliards, soit le double !  Le Conseil général du Val d’Oise, comme d’autres collectivités de gauche comme de droite, tient à tirer la sonnette d’alarme.

La Cour des Comptes, présidée par l’ancien député socialiste Didier Migaud, a rendu ces derniers jours son rapport annuel dans lequel elle assure que, concernant les départements,  « le statu quo n’est plus possible », du fait de la « vive progression des dépenses sociales » et de leur « moindre capacité à ajuster leurs recettes ». La Cour des Comptes vient donc confirmer le diagnostic qu’Arnaud Bazin et sa majorité UVO s’efforcent de porter à la connaissance des médias et du public depuis maintenant deux ans.

Mais alors même que la Cour des Comptes tire ces conclusions, le Gouvernement continue d’annoncer des mesures qu’il s’approprie tout en en faisant peser la charge financière aux collectivités.

Déjà le 17 mai 2012, le Ministre de l’Education Nationale annonçait la réforme des rythmes scolaires. Cette réforme mettra à la charge des communes des dépenses nouvelles liées au temps périscolaire estimées à 600 millions d’euros et à la charge des départements des dépenses liées aux transports des élèves estimées entre 70 et 120 millions d’euros. Les compensations prévues sont aujourd’hui soit largement insuffisantes, concernant les communes, soit totalement inexistantes, concernant les départements.

De la même manière le 11 décembre 2012, le Premier Ministre déclarait ex abrupto que le Revenu de Solidarité Active serait revalorisé de 10% sur cinq ans sans donner d’indication sur qui aurait à supporter la hausse induite de 1 milliard d’euros du coût de cette allocation.

Or, en 2012, l’écart entre les dépenses des Conseils généraux, qui versent le RSA, et les recettes que l’Etat leur affectait pour ce faire, s’approchait de 1,7 milliards d’euros, soit une augmentation de 300 millions d’euros par rapport à 2011.

Quand on sait que près de 75% de l’investissement public est porté par les collectivités locales, on ne peut que s’interroger sur le bien-fondé des décisions du Gouvernement et sur leur impact direct sur l’économie et l’emploi en France. 

Pour Arnaud Bazin, qui en sa qualité de Président du Conseil général du Val d’Oise souhaite faire entendre la voix de son département, « l’effort national de diminution des déficits publics est tout à fait justifié, il est de toute façon incontournable et il doit en priorité s’établir par la diminution des dépenses de fonctionnement pour préserver les investissements d’avenir, tout en maintenant des taux de prélèvements obligatoires raisonnables. J’inscris d’ailleurs totalement l’action du Conseil général du Val d’Oise dans ce schéma ».

« Pour parvenir à cet objectif, ajoute Arnaud Bazin, je souhaiterais que l’on mette a minima de la cohérence dans le cadre général. Que le Gouvernement taille à la hache dans les recettes des collectivités, elles en prendront acte sans plaisir. Mais que dans le même temps certains ministres construisent leur action en faisant porter des engagements de dépenses nouvelles sur ces mêmes collectivités, voilà qui est parfaitement incohérent et pour tout dire insupportable ». 

Selon le Président du Conseil général, « Les collectivités sont des partenaires qui demandent à être respectés et n’ont pas vocation à être les faire-valoir de la communication gouvernementale. Il serait dommage que le « Pacte de Confiance » entre l’Etat et les collectivités promis par le Président de la République (cf l’engagement 54 du candidat Hollande)  soit rompu avant même d’avoir été signé ».

« Aujourd’hui, et si j’en juge par les nombreuses réactions négatives des associations nationales des collectivités locales, droite et gauche confondues, je crois que ce sentiment est assez largement partagé », conclut Arnaud Bazin. 

 

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 17:10

Manifestation nationale le 24 mars 2013

Le 24 mars, Tous à Paris !

Le collectif "La Manif Pour Tous"
vous invite officiellement
à venir manifester
à Paris le 24 mars 2013

Le 13 janvier dernier à Paris, puis le 2 février partout en France, des voix se sont élevées pour refuser le projet de loi sur le mariage pour tous et réclamer un débat.

Tout le monde s’accorde pour que les couples de même sexe puissent bénéficier de droits comparables à ceux des couples hétérosexuels sur un certain nombre de points mais une majorité de Français s’opposent au mariage proprement dit pour ce qu’il ouvre le droit pour ces couples homosexuels d’adopter des enfants et demain de bénéficier de la PMA (Procréation Médicale Assistée) ou de la GPA (Gestation pour autrui).

Les 500 000 pétitions pour réclamer la saisine du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) sont en passent d’être réunies, ce qui montre que la mobilisation est toujours aussi forte malgré le vote en première lecture à l’Assemblée nationale.

Le 24 mars prochain, une nouvelle grande manifestation devrait être à nouveau organisée à Paris, il faudra que nous montrions que nous sommes plus nombreux que le gouvernement veut le faire croire.

Il faudra exprimer, que nous soyons de gauche ou de droite, croyant ou pas, que nous refusons ce projet de loi et faire comprendre ainsi à nos députés et sénateurs que nous attendons d’eux qu’ils soient à notre écoute.

En attendant, vous trouverez ci après le lien pour visualiser la vidéo de la Manif pour tous du 2 février dernier à Cergy :

http://www.youtube.com/watch?v=oEGXUw9lqTk

 

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 12:04

2013-02-09-ASPCTT.jpgHabituée de la coupe d’Europe à laquelle elle participe depuis plusieurs années, l’équipe de tennis de table de Pontoise s’est qualifiée hier pour figurer dans le dernier carré de ceux qui disputeront les demi-finales.

C’est, à l’exception peut-être du club d’escrime de Saint Gratien, la meilleure performance jamais réalisée par un club sportif valdoisien dans une compétition internationale.

En sortant vainqueur de ces deux matchs contre l’équipe autrichienne de Niederösterreich, le trio composé de Jian Jun Wang, Marcos Freitas et Peter Franz, offre au club, à la ville de Pontoise et au Val d’Oise un magnifique résultat qui récompense le soutien apporté par les collectivités, les dirigeants, les bénévoles et le public.

A noter que ce résultat a été obtenu sans la participation de notre jeune prodige de 18 ans, Tristan Flore actuellement blessé. Espérons que notre jeune double champion d’Europe junior en 2011 et 2012 et champion de France séniors 2012 (surclassé) pourra revenir rapidement pour apporter son talent et sa combativité à cette belle équipe.

Public nombreux et chaleureux, ambiance sportive et conviviale étaient au rendez-vous pour faire de cette soirée une belle réussite.

Actuellement en tête du championnat national de ProA, à égalité avec le club de Chartres, l’ASCPTT réalise certainement sa meilleure saison historique et s’ouvre ainsi les portes de titres jamais obtenus.

Soyons donc derrière le club et cette belle équipe et venez nombreux assister aux matchs à venir.

Le site du club : http://www.aspctt.com/

 

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Pontoise
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 12:05

 

Arnaud BazinC’est le 31 janvier dernier qu’Arnaud Bazin, président du Conseil général du Val d’Oise, s’est adressé à une assemblée composée de représentants de l’Etat, dont le nouveau Préfet Monsieur  Jean-Luc Névache, de parlementaires, dont Philippe Houillon Député-maire de Pontoise, de nombreux Conseillers régionaux, généraux, maires et élus du département, de chefs d’entreprises et du monde associatif.

A cette occasion Arnaud Bazin à tirer le bilan de l’année écoulée et mis en perspective les grands projets du Département pour 2013.

Mais il également fortement mis en avant les atteintes et risques que la politique gouvernementale fait peser aux collectivités locales et en particulier aux départements, se basant notamment sur un jugement largement partagé par l’ensemble des présidents des conseils généraux et du président, socialiste, de l’Assemblée des départements de France, Claudie Lebreton, qui leur a récemment adressé un courrier sur le sujet.

Arnaud Bazin a lu quelques extraits de ce courrier et a rappelé : « … quand l’Etat assèche les finances des collectivités locales, chacun comprend bien que cela signifie moins de services publics de proximité au bout de la chaîne… ».

Il a par ailleurs justement critiqué la façon dont ce sont tenus les Etats généraux de la démocratie territoriale en octobre dernier, jugeant la concertation de « pantalonnade » et rappelant que la Ministre en charge du dossier avait déclaré à la presse une semaine avant que « le projet de loi est déjà écrit, il est prêt ».

Arnaud Bazin a également rappelé que la non compensation par l’Etat des 3 allocations de solidarité versées aux ayants droits (APA, RSA et PCH) représente une somme annuelle de l’ordre de 100 millions d’euros et que : « si le projet de loi à venir ne réglait pas définitivement le problème, il ne mériterait pas cette appellation pompeuse d’« Acte III de la décentralisation ». Ce serait plutôt l’« Acte de décès des territoires » qu’il faudrait l’appeler. Car sans les Conseils généraux, et c’est particulièrement vrai ici en Val d’Oise, il n’y aura plus de développement des territoires ».

D’autres sujets importants ont été abordés dans le discours d’Arnaud Bazin et  notamment :

·         - la volonté avortée du gouvernement de supprimer l’Etablissement public foncier du Val d’Oise au profit de la Région ;

·         - l’avis défavorable de l’Assemblée départementale sur le projet du futur SDRIF « totalement inadapté aux réalités locales » ;

·         - l’impérieuse nécessité de voir validé et lancé dans un avenir proche la réalisation de la liaison « La Défense/Roissy aéroport » dans le cadre du métro express du Grand Paris pour permettre le développement de l’est du département et des projets qui y sont associés ;

·         - la réforme électorale et ce qu’il a appelé : «  le véritable tripatouillage qui va faire quasiment disparaître de l’Assemblée départementale la représentation de 70% du territoire de notre département, … c’est grave car la spécificité de la ruralité ne sera désormais prise en compte qu’à la portion congrue ».

Mais Arnaud Bazin a aussi rappelé que : « depuis mars 2011, nous empruntons ce chemin de vérité et de responsabilité » et que, s'il a été nécessaire d’augmenter le taux de la taxe sur le foncier bâti, c’est bien du fait de ces non compensations et de la situation fortement dégradée léguée par Didier Arnal et les socialistes en mars 2011, mais surtout pour permettre d’assurer les compétences obligatoires du département et permettre la poursuite des politiques menées, depuis plusieurs dizaines d’années, aux côtés des communes et de leurs groupements et des partenaires du monde économique et social.

Il a enfin esquissé les projets d’investissement pour 2013 et confirmé l’intérêt financier que nous avons eu à aller cherché sur le marché obligataire les financements dont nous aurons besoin pour les réaliser.

Ne pouvant ici reprendre l’ensemble de ce discours, je vous joins ce dernier et vous invite à en prendre connaissance.

2013 31 01 Discours des voeux d'Arnaud Bazin aux institutio 2013 31 01 Discours des voeux d'Arnaud Bazin aux institutio

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 23:19

 

2013 02 04 ManifpartoutSamedi après midi, devant la préfecture de Cergy et partout en France, nombreux ont été les Français qui se sont mobilisés pour exiger qu’un vrai débat soit organisé sur le projet de Loi dite pour « le mariage pour tous ».

Cette mobilisation fait suite à celle du 13 janvier dernier à Paris, qui n’a pas rassemblé 320000 personnes comme veut le faire croire le gouvernement mais au bas mot 800000 hommes et femmes attachés à la famille et à l’épanouissement des enfants qui ont besoin d’un père et d’une mère.

Il suffit pour s’en convaincre de regarder la photo du Champs de mars, dont la superficie est de 240000m², et de mesurer qu’avec environ 3 personnes au m² nous y étions déjà plus de 700000 sans compter ceux qui se trouvaient aux abords, ceux dont le cortège n’était pas encore arrivé à 17h30 et  encore ceux qui ont du faire demi tour tant il y avait de monde. 2013 02 04 Manif du 13 janvier

Mais peu importe aujourd’hui la querelle des chiffres, peu importe que nous soyons de droite ou de gauche, peu importe que nous soyons pour ou contre ce projet de Loi…, notre pays a la chance d’être une démocratie, nous n’avons pas le droit de gâcher cette chance, nous ne devons pas avoir peur du débat  quand d’autres, dans de nombreux pays, aimeraient avoir seulement le droit de voter librement. Et le gouvernement ne peut pas nous retirer ce droit sur un sujet qui remet profondément en cause la notion de la famille et de la filiation.

Le Président de la République et le gouvernement ne peuvent considérer que les 60 propositions du programme du candidat Hollande sont par avance acceptées du fait de son élection, ou alors pourquoi voter. Et interrogeons nous sur le fait que d’autres propositions, qui bénéficient d’un plus grand soutien des Français mais semblent gêner nos parlementaires de la majorité, sont renvoyées à plus tard au motif qu’il faut d’abord les convaincre…

Le collectif des associations a lancé une pétition pour exiger que soit saisi le « Conseil économique, social et environnemental » afin qu’il donne son avis sur le projet de Loi en question.

Sans attendre, rendez-vous sur le site suivant, imprimez la pétition, signez-la et adressez-la sans faute ce lundi.

http://www.lamanifpourtous.fr/-Soutenir-les-petitions

Que vous soyez pour ou contre, vous ne pouvez pas accepter que l’on ne puisse en débattre !

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 17:31

Communiqué de presseAprès avoir récemment admis que, malgré ses multiples accusations, nous n'avions pas abandonné les recours contre l'Etat sur la compensation des allocations de solidarité, Didier Arnal s'est trouvé une nouvelle antienne, reprise ces derniers jours par la presse : "Vous n'aimez pas la jeunesse de ce département".

Sans s'attarder sur l'objectif purement rhétorique de cette assertion, nous avons jugé utile de rappeler la réalité du bilan de l'action de Didier Arnal en faveur de la jeunesse entre 2008 et 2011 : beaucoup de discours, peu d'action et aucun résultat concret.

- Sans dispositif spécifique adapté, l'ex-majorité socialiste n'a pu enregistrer aucune avancée significative en faveur de l'emploi et de l'insertion professionnelle des jeunes, préférant saupoudrer les subventions sans cohérence globale.

- Aucune nouvelle construction de collègen'a été décidée entre 2008 et 2011, alors que les besoins étaient connus.

- Le dispositif de l'aide au permis de conduireconstitue sans doute le symbole le plus évident de la gabegie socialiste : coûteux, démagogique et inefficace. Offrir 100€ pour le passage d'un permis de conduire, sans conditions, ni en terme de ressources ni en terme d'utilité dans l'accès à l'emploi, revenait pour le bénéficiaire à de l'argent de poche, et pour le Conseil général à de l'argent par les fenêtres. Exactement le contraire de notre vision de l'action publique et des attentes réelles des jeunes.

- L'ancienne majorité socialiste, en évitant de prendre des décisions courageuses pour juguler la dette, a consciemment fait peser sur les générations futures le poids de notre endettement. En "hissant" le Val d'Oise à la 3e place des départements les plus endettés de France, M. Arnal est responsable de la disparition de notre capacité d'auto-financement et de la réduction de nos marges de manœuvres budgétaires.

Notre majorité, contrairement à ce que répète M. Arnal, assume pleinement ses compétences en matière d'éducation et en faveur de la jeunesse.

- Notre dispositif EVA (Entrée dans la Vie Active), dont 1 000 jeunes Valdoisiens ont déjà pu bénéficier, répond réellement à leurs besoins et entraîne un effet de levier indiscutable. Les demandes de bourses sont analysées au cas par cas, et au regard de l'utilité sur l'accès à l'emploi. Jusqu'à 1 500 € peuvent être accordés pour financer une formation professionnelle, l'achat de matériel, le passage du permis de conduire, le dépôt de garantie pour un logement, la valorisation d'un parcours professionnel, etc.

- Nous soutenons l'action innovante de l'association "Ensemble 2 Générations", qui favorise le logement intergénérationnel. Il s'agissait d'un engagement de campagne, inscrit, tout comme le dispositif EVA, dans nos 11 propositions pour 2011.

- L'éducation constitue une de nos priorités, et nos efforts se concentrent sur notre public cible, du fait de nos compétences : les collégiens. Construction d'un nouveau collège sur le Parisis, lancement de la 2e vague du Plan Numérique des Collèges, revalorisation des bourses départementales aux collégiens, 1,5 millions d'euros annuels alloués aux Actions Educatives, et 8,9 millions de soutien aux familles pour les transports scolaires, amélioration de la restauration scolaire, etc., nous investissons fortement pour améliorer le cadre éducatif des jeunes Valdoisiens.

 

M. Arnal est bien mal placé pour donner des leçons sur notre action en matière d'éducation et de soutien à la jeunesse.Ses critiques injustifiées auront toutefois le mérite, comme d'habitude, de mettre en lumières les différences criantes entre ses discours, ses actes, et les nôtres.

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 08:30

Notre assemblée était consultée vendredi matin pour rendre un avis sur le projet de Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF), porté par le Conseil régional. Il s'agit d'un document d'urbanisme et d'aménagement du territoire, portant sur des domaines déterminants pour le développement du territoire francilien : développement économique, transport, logement, protection de l'environnement, etc.

 

Après un examen minutieux de ce document, en tenant compte des enjeux et des attentes des Valdoisiens et des élus locaux, nous avons décidé d'émettre un avis négatif sur ce projet de SDRIF.

 

Il n'y a plus de différentiation entre la petite et la grande couronne. Mais nous ne sommes ni les Hauts-de-Seine, ni la Seine-Saint-Denis!

 

Michel Montaldo, Vice-président en charge du Grand Paris, a notamment mis en lumière la méconnaissance dans le SDRIF des projets de développement en cours dans l'Est du département, ainsi que les réserves émises par la Région concernant la création d'une forêt sur la Plaine de Pierrelaye. D'autre part, alors que le SDRIF prévoit une densification de l'offre de logement autour des gares, Michel Montaldo souligne que l'augmentation du trafic ferroviaire ne peut être envisagée avant de résoudre rapidement la question de la capacité des lignes A et D du RER, et de la ligne H du Transilien. Enfin, plusieurs secteurs à haut potentiel de densification retenus par la Région pénètrent des massifs forestiers et les Parcs Naturels Régionaux, alors qu'il est impensable d'envisager une urbanisation massive de ces espaces.

 

Philippe Sueur, Vice-président en charge des transports et des infrastructures, a pointé les dangers d'une autorité centralisatrice du logement au niveau régional, qui ne correspond pas au besoin de proximité exigé par la particularité des questions liées au logement. Il a également pointé les limites d'une idéologie écologiste irréaliste, qui consiste à refuser la création de nouveaux axes routiers, sans améliorer l'offre de transports en commun : "il s'agit d'une négation des spécificités de la grande couronne. Le projet de l'Avenue du Parisis serait, dans la rédaction actuelle du SDRIF, mis en danger dans sa totalité".

 

Philippe Métézeau, Vice-président en charge de l'action sociale mais également conseiller général du canton d'Argenteuil-Est, a regretté que les territoires d'Argenteuil-Bezons, et de la Vallée de Montmorency, ne soient pas pris en compte par le SDRIF, alors que ceux-ci bénéficieront d'un développement important, avec notamment l'arrivée récente du T2 au Pont-de-Bezons et l'accroissement des échanges avec le quartier de La Défense.

 

En conclusion, le Président Bazin a mis en garde contre le flou entourant les conditions d'ouverture de l'urbanisation sur le Triangle de Gonesse et le Port de Seine-Métropole à Achères, ainsi que les risques juridiques induits. De manière générale, il a dénoncé la logique choisie l'élaboration du SDRIF, qui met au premier plan la densification et l'accroissement de l'offre de logement, au détriment du développement économique et de la création d'emplois.

 

Notre délibération a été adoptée à l'unanimité, l'opposition socialiste ayant décidé de ne pas prendre part au vote. Nous regrettons que M. Arnal, qui nous accusait lors de la campagne de 2011 de "souhaiter la disparition des départements", cautionne aujourd'hui cette forme de "darwinisme institutionnel" caractéristique de la volonté du Gouvernement et de la Région, et qui consiste à retirer des compétences aux Conseils généraux pour en attribuer toujours davantage aux Régions!

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 15:54

Gérard Seimbille, Président du Groupe UVO :

« Monsieur Motyl, stop à la politique de caniveau ! »

Suite aux articles parus récemment dans la presse, Gérard Seimbille, Président du groupe de la majorité au Conseil général, enjoint fermement Joël Motyl, Maire Adjoint de Cergy, de cesser les polémiques stériles et de se hisser enfin au niveau des vrais enjeux pour Cergy.

Gérard Seimbille : « Monsieur Motyl annonce qu’il a récemment fait parvenir en recommandé à l’ensemble des Conseillers généraux une copie du courrier qu’il a écrit à mon ami Thierry Sibieude dans lequel il le somme de l’éclairer sur, je le cite, "la question des conditions de fabrication mais aussi de l’origine du financement" de divers documents récemment distribués dans la ville de Cergy.

  Je fais observer à Joël Motyl qu’en tout état de cause et malgré ses injonctions, ce ne sera pas à Thierry Sibieude de se disculper de ses insinuations sournoises, mais que ce sera à Motyl Joël d’apporter la preuve de ce qu’il dénonce, s’il en est capable. Thierry Sibieude ayant à cet égard déjà fait savoir au Procureur de la République, saisi cavalièrement par Monsieur Motyl, qu’il se tenait prêt à répondre avec sérénité à ses questions, je suis certain que les craintes de Monsieur Motyl seront bientôt totalement apaisées. De toute façon, il est plus que probable que Monsieur le Procureur classe immédiatement sans suite cette affaire misérable.

  Je fais observer en passant qu’il est curieux que Monsieur Motyl, grand ami de Dominique Lefebvre lui-même grand ami de Jérôme Cahuzac, méconnaisse à ce point les principes les plus élémentaires des droits qu’ont les personnes attaquées de se défendre.

  Après la fausse polémique sur la nomination de Thierry Sibieude au Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, où je rappelle qu’il a été désigné par Madame Vallaut-Belkacem eu égard à son parcours et ses qualifications reconnues dans le domaine de l’Egalité des Chances, et après que sa candidature ait été retenue parmi ses centaines de collègues conseillers généraux issus de la droite républicaine et du centre, nous voilà en face d’une nouvelle polémique "au ras des pâquerettes", initiée comme il se doit par Monsieur Motyl qui n’en est pas à son coup d’essai en matière d’agitation médiocre.

  Peut-être est-ce aussi, pour Monsieur Motyl, une façon d’exister et de masquer sa déception de ne pas avoir été choisi pour succéder à Dominique Lefebvre ?

  Quoiqu’il en soit, j’invite Monsieur Motyl et l’ensemble des élus de la majorité municipale de Cergy à se concentrer sur les vrais enjeux, ceux qui impliquent les Cergyssois et le Val d’Oise. Car, de la Ligne Nouvelle Paris Normandie au Canal Seine Nord, en passant par les réserves du Louvres et sans parler de l’état désastreux du RER A, des dossiers boulets aux échecs annoncés, le vrai travail ne manque pas à ceux qui président aux destinées de la Ville ».

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Union pour le Val d'Oise
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 17:41

2013-01-11-Bonne-annee-2013.jpgPermettez-moi en premier de vous présenter mes meilleurs vœux pour cette année 2013 qui débute.

Je vous souhaite de la réussite dans vos vies personnelles et professionnelles et, dans ces périodes de difficultés que rencontrent nombre de nos compatriotes, que 2013 leur apporte le réconfort.

Mais que nous réserve cette année ?

Les nombreux spécialistes qui se manifestent dans les médias, nous prédisent une année de croissance quasi nulle, une année qui verra le chômage progresser peut-être fortement et encore moult mauvais autres présages.

Chacun cherchera les responsables de tous ces maux mais tout le monde ne sera pas d’accord pour les désigner.

Une chose est certaine, François Hollande et le gouvernement Ayrault sont aux manettes depuis maintenant plus de 6 mois et aucune décision, mis à part le détricotage des réformes de la précédente majorité, n’a réellement été prise pour permettre à notre pays de se préparer à une sortie de crise par le haut.

Ah si pardon, pour que les couples homosexuels puissent se marier, le gouvernement va bientôt faire voter une loi qui considère que père et la mère ne seront plus indispensables à l’éducation et l’épanouissement d’un enfant. Il ne s’agit pas là, comme le pense une majorité de français dont on nous dit qu’ils seraient favorables à cette modification de la loi dans un souci d’égalité pour tous, d’une simple modification de nos codes, mais bien au minimum d’une remise en cause profonde de ce qu’est une famille et de la notion de filiation. Je ne développerai pas plus le sujet dont les différents aspects ont été brillamment argumentés lors du débat organisé par Philippe Houillon à Pontoise mercredi soir.

François Hollande, aujourd’hui président de la république, ne peut se prévaloir de ce que son élection vaudrait soutien majoritaire aux 60 propositions du candidat qu’il était. Sur un sujet de société qui divise au-delà du seul clivage gauche/droite, il ne peut refuser un débat ouvert et vouloir faire passer sa loi au seul motif qu’il détient une majorité parlementaire.

Pour ma part, opposé à ce projet de loi et préférant de beaucoup la modification des droits ouverts par le PACS pour les couples homosexuels, je serai parmi les manifestants qui s’opposent à ce projet de loi ce dimanche à Paris et espère que nous y serons nombreux.

Mais avant dimanche, vous êtes tous invités par Philippe Houillon et le conseil municipal à la cérémonie des vœux de Pontoise ce soir à 19h au Hall Saint Martin.

Bonne année 2013.

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Pontoise
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 09:10

Il y a un mois, j’évoquai ma déception de voir les dirigeants de mon parti et les élus que je qualifiai de « parisiens » se comporter en chefs de clan avides de pouvoir personnel.

Si cela vient de se passer au sein de l’UMP, cela s’est produit avant au sein du Parti socialiste et même au sein du parti des Verts et en la matière, personne n’a de leçon à donner aux autres.

J’évoquai l’action d’élus unis pour l’essentiel au sein de « l’Union pour le Val d’Oise » et les nombreux dossiers votés lors de la tenue de l’Assemblée départementale de novembre.

Il s’est depuis passé un mois, les dirigeants de l’UMP semblent vouloir entendre l’exigence des adhérents et des élus de terrain qui œuvrent au quotidien pour améliorer le cadre de vie et la solidarité sociale de leurs administrés, pour que nous unissions nos forces et notre énergie à dénoncer la politique désastreuse menée par notre gouvernement et j’y associe la majorité socialiste de la Région Ile de France.

Durant ce mois, les élus municipaux de Pontoise et de l’Union pour le Val d’Oise ont poursuivi la préparation des nombreux dossiers qui seront présentés au vote des assemblées de cette fin de semaine.

Ainsi, le Conseil municipal de Pontoise se réunit ce soir, où j’aurai notamment  le plaisir de présenter le budget 2013 et l’Assemblée départementale demain pour voter de nombreux dossiers dans les domaines de l’aide aux communes, du soutien aux personnes âgées et handicapées…

Ces réunions sont publiques et vous pouvez y assister.

Conseil municipal de Pontoise : jeudi 20 décembre 20h30 à l’Hôtel de Ville

Assemblée départementale : vendredi 21 décembre 9h30 au Conseil général (à suivre également en direct via le site du Conseil général)

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article