Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00


C’est par ce titre  que « La Gazette
du Val d’Oise » évoquait, le 7 juillet 2004, la levée de l’arrêté de péril concernant les immeubles situés entre les numéros 33 et 39 de ladite rue.


Il faut se rappeler que cinq ans plus tôt, nous sommes alors en 1999, le maire en place
avait pris cet arrêté et fait évacuer les immeubles à la suite de désordres repérés dans les sous sols.


Mars 2001, à la suite de l’élection municipale, Philippe Houillon trouve un dossier que
l’on peut qualifier de « miné » puisqu’un rapport d’expertise très contesté concluait à la responsabilité partagée de la ville et de l’un des propriétaires et que l’ensemble des
propriétaires s’estimaient abandonnés.


Philippe Houillon a donc rapidement décidé de s’occuper de ce dossier, pour faire
clairement rechercher la responsabilité du sinistre dans le but de permettre d’engager les travaux, mais également aux propriétaires de réintégrer leurs logements et encore de rendre à la rue son
aspect de rue commerçante.


D’autres sinistres sont survenus immédiatement après l’élection de Philippe Houillon.
Ces dossiers, comme la majorité des sinistres entraînant des arrêtés de péril, demandent souvent plusieurs années de traitement avant de trouver solution.


Mais, à titre d’exemple, on peut citer le sinistre faisant suite à
l’effondrement du Chemin du Chou et celui de la rue des Etannets, tous deux survenus immédiatement après l’élection de Philippe Houillon et soldés depuis.


Je sais bien que la candidate socialiste n’aime pas que l’on mette en avant la gestion
calamiteuse de Monsieur Rollot et de son équipe à laquelle elle appartenait avec plusieurs de ses colistiers d’aujourd’hui.


Mais la comparaison s’impose : avant 2001 il était courant de voir le maire
préférer faire la publicité des désordres du sous sol de notre ville en se faisant photographier par la presse descendant en cote dans les cavités. Depuis, avec Philippe Houillon, les dossiers
sont traités sans publicité et soldés en recherchant la solution la plus rapide et la plus adaptée pour les propriétaires et la vie de la cité.


A demain pour la suite de ce beau bilan.


 


Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 16:15

2014 02 22 Réunion publique MaradasLes réunions publiques se poursuivent dans les différents quartiers.

Elles sont l’occasion de présenter les enjeux de ces élections municipales, mais aussi de donner la parole aux nouveaux colistiers pour exprimer les raisons qui les ont amenés à rejoindre la liste menée par Philippe Houillon et les ambitions qu’elles, ils et nous partageons pour Pontoise.

C’est également l’occasion de répondre aux questions des participants, de rappeler ce qui a été réalisé et la ligne conduite au cours des années passées et de présenter les projets pour le mandat à venir.

Ce fût le cas cette semaine à l’école de dance du Parc aux Charrettes avec Léna et Jérémie et à l’école des Maradas avec Françoise et Raoul.

Ce sera encore le cas le mardi 4 mars prochain à l’école de l’Hermitage, puis le 7 mars à l’Espace Larris/Maradas, le 13 mars à l’école Jean Moulin aux Louvrais et enfin le 17 mars au Hall omnisport Philippe Hémet avant de clôturer la campagne du premier tour le 20 mars avec le meeting organisé au Dôme.

 

Retenez ces dates, nous venons à votre rencontre.


 Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

2014 02 22 Réunion publique PAC Jérémie2014 02 22 Réunion publique Maradas FL

Partager cet article
Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 00:00

2011 05 23 Médiévald'OiseTrop souvent, nous entendions dire que « Pontoise ne vit pas » que « Pontoise manque d’animations »…

C’est la raison qui nous a amenés, dès le printemps 2002 à créer l’un des évènements majeurs de l’année à Pontoise : « Médiéval d’Oise ».

Douze ans plus tard, cette manifestation attire toujours une foule importante de badauds avertis qui déambulent dans les rues, s’arrêtent devant les stands et étals des artisans qui dévoilent les objets tels qu’ils étaient utilisés au Moyen âge : poteries, armes, bijoux…, dégustent des confitures et pâtisseries aujourd’hui perdues, peuvent s’exercer aux métiers de l’époque, bref, revivent le Pontoise du 12ème siècle.

La 13ème édition aura lieu en mai prochain, réservez votre week-end.

Evoquons encore les Journées du Patrimoine qui, avec les nombreux édifices, caves et autres lieux privés ou publics ouverts, font de Pontoise, seule commune labélisée  « Ville d’art et d’histoire » du département, l’une des villes les visitées du Val d’Oise et d’Ile de France à l’occasion des cette manifestation nationale.

Deux évènements très appréciées des Pontoisiens, qui contribuent par ailleurs à faire vivre les commerces qui s’y associent et qui font rayonner Pontoise hors de ses frontières.

Certes, Pontoise doit encore plus s’ouvrir, se rendre plus attractive aux Pontoisiens et touristes et s’animer tout au long de l’année. Mais fort de ces rendez-vous de2014 02 21 Souterrainvenus incontournables et d’autres événements que j’aurai l’occasion d’évoquer dans les prochains chapitres (Salon des Arts, Chant des Moineaux, Noëlies…) nous avons entamé le réveil de celle que l’on avait coutume de nommer la Belle endormie et croyez moi, nous avons d’autres projets pour encore la stimuler.

A demain pour la suite de ce beau bilan.

 

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 00:00

2014 02 97 office de tourismeSe promener sur les quais le long de l’Oise, sous les remparts, illuminés de nuit, pouvoir se documenter sur ce qu’offre notre ville, ses alentours et le Vexin en poussant la porte de l’office de tourisme ou encore mettre à l’anneau son bateau de plaisance pour un visiteur voulant visiter notre cité… est aujourd’hui possible.

Mais rappelez-vous ce qui nous avait été laissé en mars 2001 par le maire socialiste sortant et son équipe :

  • le bâtiment et les bassins de l’ancienne piscine abandonnés et tagués,
  • un projet prévoyant la construction de logements sociaux sous les remparts,
  • une vue de Pontoise depuis Saint-Ouen l’Aumôme avec des quais défigurés par de nombreux tags…

Pour passer de cette friche urbaine à l’aménagement actuel, il aura fallut la volonté et 2014 02 97 ancienne piscinel’opiniâtreté de Philippe Houillon pour que la Communauté d’agglomération accompagne la ville de Pontoise, mais également celle de Saint-Ouen l’Aumône, pour mettre en valeur les bords de l’Oise.

Il est vrai qu’il manque encore la buvette pour offrir aux visiteurs un lieu convivial ainsi qu’une animation de la capitainerie. Cela fait partie des engagements non tenus à ce jour par la communauté d’agglomération. Notre équipe saura le rappeler et l’exiger comme elle le fait depuis la fin des travaux.

A demain pour la suite de ce beau bilan.

 

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 00:00

2011 02 22 €Madame B se présente donc à la tête d’une liste regroupant tous les « pseudos amis » de gauche : socialistes, verts, anciens communistes devenus MUP… Amis qui semblent toutefois avoir bien du mal à trouver l’ordre de bienséance de cette liste qui tarde à se faire connaître

Madame B n’aime donc pas, si j’en crois la presse, que l’on évoque le passé. Personne ne sera dupe, derrière son agacement se cache la volonté de gommer sa responsabilité et celle de certains de ses colistiers, associés à la gestion de Monsieur Rollot entre 1995 et 2001. Elle ne peut s’en dédouaner !

Oui, Philippe Houillon a bien raison de rappeler cet héritage car il est important que les électeurs sachent à qui ils vont donner leur voix et ainsi peser sur l’avenir de notre ville.

Alors parlons des finances locales…

Mars 2001, nous découvrons une situation financière particulièrement dégradée :

  • Un déficit de quelques 70 millions de francs ; 
  • Des fournisseurs qui n’étaient plus payés et refusaient de terminer les travaux du Hall Philippe Hémet ;
  • Une trésorerie qui ne permettait même plus de payer les salaires des agents sans avoir recours à une ligne de trésorerie bancaire ;
  • Un endettement particulièrement élevé sans que les emprunts aient servi à réaliser ou réhabiliter des équipements. Rappelons ici que les deux maisons de quartier des Louvrais et de Marcouville et la salle des fêtes (aujourd’hui le Dôme) étaient fermées pour raison d’insécurité, que les quais de l’Oise, sous les remparts étaient une zone de friches avec une piscine désaffectée et taguée depuis de nombreuses années… à quoi avaient bien pu servir les emprunts ?

Mars 2014, nous laissons une situation saine, comme le sanctionne le cabinet FCL mandaté par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise :

  • Des exercices qui dégagent un résultat équilibré ;
  • Des fournisseurs payés dans les délais réglementaires et des entreprises qui se manifestent en nombre pour travailler avec la ville ;
  • Une trésorerie qui n’a plus fait appel à la ligne de trésorerie bancaire depuis plus de dix ans ;
  • Un endettement qui a été presque divisé par deux alors que le niveau d’investissement n’a jamais été aussi élevé (plus de 110 millions sur les dernières années).  Les maisons de quartier et la salle des fêtes sont des lieux ouverts et accueillant au grand plaisir des Pontoisiens, le site de l’ancienne piscine et les quais de l’Oise accueillent le nouvel office de tourisme et offrent un cadre de promenade très fréquenté, sans oublier les nombreux équipements ouverts ou réhabilités que j’aurai l’occasion d’évoquer dans les chapitres à venir. La dette de la ville, ramenée à l’habitant, est aujourd’hui inférieure de 50% à celle des villes comparables.

 

Alors oui Madame B, nous sommes fiers d’avoir redressé les finances locales et regrettons que vous ne vous en satisfassiez pas avec nous !


A demain pour la suite de ce beau bilan.

 

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 00:00

« On ne gagne pas une élection sur un bilan mais sur un projet ». C’est ce que l’on a coutume de dire en période de campagne électorale. Pourtant, même s’il est indispensable d’informer les électeurs sur les projets que l’on s’engage à mettre en œuvre au cours du mandat à venir, il est tout aussi important de pouvoir mesurer si les candidats ont la capacité et la compétence pour gérer une ville. Les promesses sont bien souvent des déclarations d’intention alors que les actes et réalisations sont concrets.

Qui peut dire que le Pontoise de 2014, n’a pas positivement évolué depuis 2001, date de l’élection de Philippe Houillon comme maire ?

Qui peut prétendre qu’au cours des deux derniers mandats Pontoise n’aurait pas réellement changée, ne se serait pas embellie et adaptée aux exigences nouvelles, n’aurait pas amplifié les services à la population, restauré de nombreux équipements fermés ou délabrés, n’en aurait pas ouvert de nouveaux…

Certains Pontoisiens qui sont arrivés dernièrement dans notre cité peut-être, mais certainement pas ceux qui se présentent aujourd’hui contre la liste « Une volonté et des ambitions partagées » menée par Philippe Houillon.

Pour certains de ceux-là, nous avons le triste bilan de la mandature de Monsieur Rollot…

Pour d’autres, ils osent parler d’immobilisme. Soit dit en passant, si immobilisme il y avait, ce serait également le leur puisqu’ils faisaient partie de la majorité sortante et que vous ne les avez jamais entendu critiquer quoi que ce soit jusqu’alors.

Aussi, rien de mieux que de rappeler ce qui a été fait.

Je vais donc m’y employer au cours des jours à venir et jusqu’à la date du premier tour et chacun jugera ce beau bilan !

A demain donc pour le premier rappel.

2014 01 18 Liste

 Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 08:55
Ce matin se tient la séance publique de l'Assemblée départementale, séance au cours de laquelle j'interviendrai pour poser, au nom du groupe Union pour le Val d'Oise, des questions à Madame Gauthieŕ Directrice académique des services de lEducation nationale.
De nombreux sujets sont inscrits à l'ordre du jour, notamment les travaux de maintenance pour 2014 dans les collèges avec une enveloppe budgétaire de près de 13 millions d'euros, mais également les conditions tarifaires de transport pour les anciens combattants et les personnes âgées et handicapées avec une prise en charge financière du département.
La séance est publique et diffusée en direct sur le site du Conseil général dès 9h30.
Partager cet article
Repost0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 08:54

Le monde associatif est composé d’adhérents, de bénévoles et de dirigeants qui sont représentatifs de notre société et font des choix politiques personnels qui ne regardent qu’eux seuls.

Alors, quand des dirigeants d’associations, celles clairement engagées en politique mises à part, se présentent sur une liste électorale, il est d’usage qu’ils se démettent de leur mandat pour ne pas engager l’association vers telle ou telle de ces listes.

Particulièrement quand il s’agit d’un club sportif porteur de valeur éducatives, de respect et d’esprit d’équipe ou encore d’une association de quartier qui entretien des rapports réguliers avec la municipalité en place.

Eh bien à Pontoise, certains des colistiers figurant sur une liste n’ont pas cette vision de la neutralité et de la réserve !

Est-il normal que plusieurs présidents ou dirigeants de clubs sportifs pontoisiens, qui ne peuvent exercer leur activité que grâce à une subvention communale ou à la mise à disposition d’équipements municipaux, conservent leur mandats et participent ouvertement à la critique du maire et de l’équipe sortante sans que les adhérents et bénévoles aient été consultés ?

Sans insister, il en est de même pour un président d’association de quartier de plus de 1000 habitants dont on ne peut dire qu’ils soient tous de son avis !

Non bien entendu, mais cela ne semble pas les gêner.

Encore, est-ce normal qu’une lettre adressée aux membres d’un autre club prenne ouvertement parti dans le débat électoral au mépris de toute neutralité ?

C'est manifestement là l’effet d’un nouveau souffle que certains veuillent voir passer sur Pontoise ?

Par comparaison, il en est un sur la liste menée par Philippe Houillon qui a demandé à son club si une participation à celle-ci représentait une gêne pour le club et qui, après avoir reçu l’autorisation et par respect pour ce dernier et ceux qui le constituent, a démissionné de son mandat sans attendre les élections.

Chacun appréciera qui porte les vraies valeurs que l’on attend d’un futur élu !

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

2014 01 18 Liste

Partager cet article
Repost0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 07:58
Ce soir, Philippe Houillon et les membres de la liste "Une volonté et des ambitions partagées" vous accueilleront à 20h, salle Papaye à la Maison des associations, 7 place du Petit Martroy. Ce sera l'occasion d'une rencontre et d'échanges avec notre équipe qui vous présentera les enjeux de cette élection municipale des 23 et 30 mars prochain. Fort d'un bilan, d'une expérience et de projets pour PONTOISE, nous comptons sur votre présence et serons heureux d'apporter les réponses à vos questions.
A ce soir.
Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 13:59

Voici le texte de la tribune du groupe Union pour le Val d'Oise parue dans le "Magazine Val d'Oise" du mois de février :

Depuis le 1er janvier 2014, les Valdoisiens et les Franciliens ont vu le prix de leurs titres de transports augmenter. Cette nouvelle hausse, la 6e depuis 2010, porte l'augmentation des tarifs pour les PassNavigo annuels et mensuels à +14,5% en 4 ans. Pour les Valdoisiens (zones 4 et 5), cela représente un surcoût moyen de 109,2€ sur leur PassNavigo annuel…

 

Ces augmentations répétées sont le fruit de la politique menée au Syndicat des Transports d'Ile-de-France (STIF) et au Conseil régional par Jean-Paul Huchon et sa majorité écolo-socialiste élue en mars 2010. En 2014, elle se conjugue avec la hausse de la TVA dans les transports en commun (qui passe de 7 à 10%), appliquée  par François Hollande et en vigueur depuis le 1er janvier. Et d'après les perspectives budgétaires de la Région, une hausse de 3% par an est prévue jusqu'en 2025, date à laquelle l'abonnement mensuel pour les zones 1-5 coûtera 161€ contre 109,9 en 2010…

 

Cette hausse incontrôlée et inacceptable des tarifs ne correspond pourtant pas à l'amélioration de la qualité de service dans les transports franciliens. Les Valdoisiens constatent quotidiennement, sur les lignes A, B, C et D du RER, et sur les lignes H, J et L du Transilien, la dégradation catastrophique de la régularité et de la fiabilité des réseaux. Les investissements en direction du matériel roulant, des infrastructures, et des systèmes de communication et d'information aux voyageurs ne sont toujours pas au rendez-vous, malgré les promesses électorales de Jean-Paul Huchon en 2010. Cet immobilisme coupable pénalise gravement les perspectives de développement de la Région capitale à court et moyen terme.

 

Elément clé de l'attractivité du territoire et atout déterminant pour le développement économique, l'accès à des réseaux de transports efficients est également central dans l'amélioration quotidienne de la qualité de vie. Notre majorité, consciente de ces enjeux, assume l'ensemble des compétences du Conseil général en matière de transports pour offrir aux Valdoisiens des services adaptés aux réalités du territoire : fluidité du trafic et amélioration du réseau ferré en zones urbaines, entretien et amélioration des infrastructures routières et de la desserte en bus pour les zones rurales.

 

Depuis 2011, malgré les difficultés financières, le Conseil général du Val d'Oise est redevenu un acteur majeur dans les politiques de transports, comme en témoignent les mises en service des lignes de tramway T2 à Bezons et T5 à Garges-Sarcelles, cofinancés à hauteur de 30 millions d'euros.

 

Nous avons également mis en place le dispositif ARCC (Aides aux Routes Communales et Communautaires) afin d’aider les communes et les intercommunalités à entretenir leurs routes. Ce dispositif vise notamment les communes rurales, dont les capacités financières  sont souvent insuffisante au regard de l’importance de leur réseau routier. Ce sont ainsi plus de 9,3 millions d’euros de subventions départementales dont les communes valdoisiennes ont pu bénéficier en 2013 pour entretenir leurs routes et réaliser des aménagements de sécurité, en particulier aux abords des écoles.

 

En 2014, nous poursuivrons nos efforts en faveur des transports valdoisiens, avec notamment le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), qui reliera le RER D à Villiers-le-Bel-Gonesse-Arnouville au RER B au Parc des Expositions de Villepinte, l'ouverture de la déviation d'Arthies, la mise à 2 fois 2 voies de la RD902 à Roissy, la poursuite des travaux de la partie Est de l'Avenue du Parisis, et de nombreux autres chantiers stratégiques.

Partager cet article
Repost0