Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 18:56

diplomeCe n’est pas moi qui le dit, ce serait trop facile, mais une information issue de la consultation des résultats d’une enquête réalisée par l’agence « Public Evaluation System » et publiée sur « Challenges.fr ». Plus de 800 villes ont fait l’objet d’une notation sur 5 critères. Chaque critère est noté sur 20 et des étoiles sont attribuées en fonction de ces notes. Sans que l’on connaisse exactement les notes obtenues par Pontoise, la moyenne nous classe dans une fourchette comprise entre 13 et 16 sur 20.

S’agissant des critères relatifs à la dette de la ville et au taux de réalisation de ses investissements, Pontoise obtient une note comprise entre 16 et 20/20.

S’agissant des critères de solvabilité et de fiscalité Pontoise obtient entre 13 et 16/20.

Reste le critère de rigidité pour lequel Pontoise obtient la moyenne (entre 10 et 13/20). Il s’agit d’une appréciation ainsi entendu par l’agence et portant sur : « les charges courantes rapportées aux recettes réelles de fonctionnement. De quelles ressources disposes la collectivité après avoir payé ses dépenses de gestion les plus incompressibles ? Quelle est sa marge de manœuvre? »

Au final, Pontoise obtient partout la moyenne, est même très bien notée sur les critères dépendant directement de la gestion de la municipalité. Quant au critère qui reçoit la note la moins bonne, il traduit le constat que notre ville ne dispose pas de ressources directes élevées comme par exemple les communes qui reçoivent une forte taxe sur le foncier économique (Saint-Ouen l’Aumône, Osny ou Cergy au sein de la communauté d’agglomération) par exemple, ce qui est d'autant plus méritant.

Avoir réalisé autant de travaux et d’équipement, tout en réduisant la forte dette trouvée en 2001 est la conséquence d’une gestion rigoureuse mise au service des administrés.

Voir qu’au terme de 10 années de cette politique Pontoise est placée à ce niveau dans ce classement est une belle reconnaissance dont je m’en félicite.  

Voici le lien avec le site présentant le classement : www.challenges.fr/classements/collectivites.php

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 12:28

C’est sous le titre « Le restaurateur au grand cœur » que le Parisien de samedi dernier a rédigé son article en mettant en valeur le geste de Jean-Michel ANDRE et de son équipe en faveur de 90 personnes démunies. Restaurateur à Pontoise, sous l’enseigne « Le Montécristo », il a en effet décidé d’offrir un repas de Noël à 90 personnes qui ont été recensées par le Comité Communal d’Action Social (CCAS) de Pontoise. Pour cela il a su mobiliser son personnel, ses fournisseurs, un orchestre et les services municipaux et cela mérite d’être signalé. Bravo à Jean-Michel et tous ceux qui se sont rendus disponibles bénévolement ou qui ont offert les denrées afin que d’autres, qui n’ont pas les moyens d’aller au restaurant et/ou qui ne pourront pas fêter Noël comme la majorité d’entre nous, aient pu ainsi passer un moment de joie et de convivialité autour d’une table bien garnie.

Je mettrai en parallèle tous ceux qui pendant les journées rendues difficiles du fait des chutes importantes de neige n’ont eu cesse de critiquer les services de l’Etat, des collectivités et de la terre entière parce qu’ils ont dû subir les conséquences des intempéries. Ils n’ont certainement pas eu une pensée pour tous ceux qui, jours et nuits, se sont mobilisés afin que les routes soient salées ou déblayées, que les services soient au maximum assurés. Oui, la neige peut tomber exceptionnellement en plaine et dans la région parisienne, oui les services des collectivités de ces régions ne sont pas équipés d’engins identiques à ceux qui, annuellement, sont en action en montagne et peut-être tant mieux pour nos impôts. Oui certainement faudra t-il tenir compte des expériences pour éviter que certains soient obligés de passer la nuit dans leur voiture. Mais sommes-nous à ce point devenus des assistés permanents qu’il faille entendre, à longueur de journée sur les ondes nationales, les Français se plaindre ainsi ?

Je préfère ceux qui aident à ceux qui se plaignent et mettre en avant des Jean-Michel et autres anonymes qui, sans se mettre particulièrement en valeur, agissent au lieu de demander aux autres de se mettre en permanence à leur service.

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 23:48

JugeMardi dernier s’est tenue une réunion, organisée à l’initiative du président du Conseil général, Didier Arnal, pour critiquer la réforme des collectivités territoriales votée par l’Assemblée nationale et le Sénat et faire croire au mouvement associatif, pris en otage, qu’il ne sera plus soutenu financièrement du fait de cette réforme.

Président du conseil général certes, mais également par les temps qui courent, candidat à sa succession au poste de conseiller général d’un des deux cantons de Sarcelles.

Chacun sait qu’en période électorale, il est interdit d’utiliser les moyens d’une personne morale (société, association…) ou d’une collectivité pour faire sa campagne, au risque de voir son éventuelle élection annulée et ses comptes de campagne refusés.

Didier Arnal semble ne pas avoir pris la mesure de ces dispositions tant il utilise son rôle de président pour tenter de « séduire » les électeurs de son canton et ceux de ses petits camarades, je veux parler des candidats et des conseillers socialistes élus jusqu’en 2011, dont il espère vivement qu’ils le soutiendront pour rester dans son fauteuil de président.

Les élus responsables savent cependant qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance et qu’il faut rester humble pour convaincre les électeurs. Ils savent également que les mensonges et les omissions peuvent « faire croire » un moment mais ne tiennent pas dans la durée et enfin que les tricheurs sont susceptibles d’être sanctionnés.

 

Et pourtant :

·        -  Didier Arnal et les candidats socialistes utilisent les moyens du conseil général pour afficher des messages à la gloire des rares dispositifs mis en place depuis 2008, sans toutefois préciser que le coût de la mise en œuvre et de la communication a souvent été plus élevé que le montant des aides attribuées aux Valdoisiens ;

·        -  nombreux sont ceux qui, membres du personnel du conseil général, maires, voire élus du département dans les rangs socialistes, dénoncent les méthodes et les modes de gestion du département ;

·        -  les finances du département sont très fortement dégradées et les marges de manœuvre évoquées par la Chambre régionale des comptes au terme de la gestion UVO, ont totalement disparu.

 

Il est bien trop tôt pour évaluer précisément les conséquences de la gestion socialiste du département, mais ce qui est certain, c’est qu’une gestion sectaire au service d’une idéologie, quelle qu’elle soit, n’a jamais apporté les résultats promis. Nous en aurons encore et malheureusement la preuve dans le Val d’Oise.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:40

La prochaine séance du conseil municipal se tiendra ce soir, jeudi 16 décembre à 20h30.

 

Comme pour les séances du Conseil général, les séances du Conseil municipal sont publiques et donc ouvertes librement à tous les Pontoisiens qui s’intéressent au travail et aux décisions prises par le Conseil municipal.

 mairie de Pontoise

A l’occasion de cette séance, de nombreux dossiers dont entre autres :

·         L’acceptation du ticket CESU pour le règlement des prestations municipales ;

·         Les tarifs municipaux 2011 ;

·         Le débat d’orientation budgétaire pour 2011 ;

·         Le bilan de la concertation et l’arrêt du futur PLU ;

·         La définition du nouveau périmètre d’aide au ravalement ;

 

Rendez-vous :

Mairie de Pontoise
Salle du conseil
2, rue Victor Hugo
95300 Pontoise

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 14:03

2010 12 09 complexe sportif des LouvraisDepuis près de 10 ans maintenant que notre équipe municipale est en responsabilité, chacun peut mesurer les changements opérés dans notre bonne ville de Pontoise. Je ne rappellerai pas tous les équipements qui ont été réhabilités ou créés, tout ce qui a été mis en œuvre pour mettre en valeur et animer nos quartiers, mais même s’il reste beaucoup à faire, de là où nous sommes partis, nous pouvons être fiers de tout ceci. Vous me direz que l’autosatisfaction c’est un peu facile, mais il n’est qu’à écouter ce que disent ceux qui reviennent à Pontoise après une absence prolongée ou ceux qui passent par Pontoise pour la première fois pour s’en convaincre. 

En cette fin d’année ce sont de nouveaux équipements qui viennent d’être inaugurés et je suis heureux2010 12 09 RAM de mettre un coup de flash sur l’ouverture du nouveau complexe sportif qui remplace l’ancien gymnase des Louvrais. Je vous invite à aller visiter les nombreux équipements qui ont été installés sur les 22 000m². Je  salue également la création du RAM (Relais des Assistantes maternelles) qui offre un lieu de rencontre, d’échanges, de conseils et de jeux aux nombreuses assistantes maternelles mais également aux enfants bien sûr et à leurs parents.

Ce sont de nouveaux  engagements tenus et cela mérite d’être souligné.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 12:52

2010 12 05 Noël à PontoiseComme chaque année, la Ville de Pontoise se met aux couleurs de Noël pour le plus grand plaisir des enfants, et soyons francs, des adultes également.  Ce sont  d’ailleurs ces derniers qui sont les plus exigeants et qui réclament guirlandes et sapins jusque devant chez eux, quel que soit le quartier où ils résident. Outre que Noël représente un moment important de l’année pour les catholiques, c’est pour tous une fête de famille dont les enfants sont rois. Pour ma part, j’ose le dire, disperser des guirlandes, lumières et sapins partout n’a pas le sens de ce qu’étaient les illuminations par le passé. Il ne s’agit pas d’un retour sur impôts pour chacun, mais plutôt d’un moment de convivialité ayant pour but de rassembler et de réunir tout le monde dans les lieux principaux de vie.  

Mais cet avis personnel exprimé, je veux ici faire remarquer que le Noël 2010 sera encore bien fêté à Pontoise. Marchés de Noël, place Notre Dame ce week-end et Place des Moineaux et du Grand Martroy du 10 au 12 décembre, exposition artisanale au Centre familial des Cordeliers, déambulations, parade et spectacles vont animer les rues et les équipements publics, sans oublier l’effort que font les commerçants pour mettre en valeur leurs vitrines. Le programme est disponible dans les mairies et sur le site de la ville, n’hésitez pas à participer.

Tout ceci représente un travail important qu’il est important de saluer. Il faut également avoir une pensée, et même plus si possible, à l’attention de ceux qui n’ont pas la chance de se voir entourer pendant la période des fêtes. Je pense à nos aînés dont certains sont isolés, aux familles qui ne pourront pas gâter comme elles le souhaiteraient leurs enfants et encore bien sûr à tout ceux qui socialement sont les plus démunis.

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 10:07

Les jeunes sont aujourd'hui fortement touchés par le chômage. Et même si les statistiques du mois d'octobre montrent que le chômage diminue, celui des jeunes en particulier, il n'est pas admissible que ceux qui constituent l'avenir de notre société et qui doivent pouvoir entrer dans la vie active dès leur formation terminée, soient sans emploi pour plus de 20% d’entre eux. Que nous soyons élus, dirigeants d’entreprise ou plus généralement acteurs dans le secteur économique et social, nous portons certainement une responsabilité collective à cette situation et notre devoir est de  rechercher les solutions pour donner de l’espoir et l’envie de travailler à notre jeunesse. Vendredi, en assemblée départementale, c’est le sens de la demande formulée par Philippe Métézeau au nom du groupe Union pour le Val d’Oise. Je vous invite à en prendre connaissance sur son blog à l’adresse suivante : www.metezeau.net . Il demandait que la décision modificative budgétaire, soumise au vote ce vendredi, permette d’inscrire une somme de l’ordre de 100 000€ ( sur un budget de plus de 1,2 milliard d’euros) pour financer les bourses d’insertion professionnelle des jeunes  dont les dossiers sont en attente dans les commissions chargées de les instruire. Ces bourses destinées à aider les jeunes de 16 à 27 ans qui veulent acquérir une formation professionnelle, du matériel pour exercer un emploi ou créer une entreprise sont accordées sous condition de déboucher sur un emploi à court terme. Elles sont donc parfaitement adaptées à sortir directement du chômage les jeunes qui viennent de terminer un cycle de formation.

Réponse du président Arnal, soutenu par sa « majorité de circonstance », Robert Daviot inclus : « ils attendront 2011 ».

Non Monsieur Arnal, il sera trop tard. Les formations de certains ont débutées, les postes qui leurs sont offerts sous réserve de disposer d’un véhicule ou de matériel ne leurs seront pas réservés jusqu’à ce que vous votiez les crédits nécessaires à l’occasion d’une prochaine séance du conseil général. Ils continueront donc à émarger au chômage parce que vous n’avez pas voulu nous écouter et les aider.

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 10:38

Ce vendredi se tenait la dernière réunion de l’assemblée départementale avec un ordre du jour conséquent qui aurait bien mérité que le président Arnal n’annule pas la séance initialement programmée pour le 17 décembre prochain.

Fait marquant de cette réunion, le débat en vue de la production de l’avis du Val d’Oise sur les projets de transport du « Grand Paris ». Si au cours de ce long débat des positions globalement communes de la « majorité » et de notre groupe se sont exprimées, la rédaction partisane de l’avis rédigé par la gouvernance socialiste ne le reflétait pas. Pour parvenir à un avis commun et unanime de notre assemblée, par ailleurs souhaité par le président Arnal, Arnaud Bazin a donc proposé au nom de notre groupe que soit reprogrammée la réunion annulée du 17 décembre afin de permette, dans l’intervalle, de travailler sur un texte commun. Il aura fallut passer par des invectives et des critiques infondées du président Arnal pour finalement obtenir que la Commission permanente du 6 décembre, élargie à l’ensemble des conseillers généraux,  soit saisie de ce travail.

Ceci est l’illustration parfaite de la crispation des débats que nous constatons au fil des séances depuis que l’assemblée est présidée par Didier Arnal.

Autre sujet important, la modification de la délibération fixant les modalités de mise en œuvre du contrat relatif à l’aide départementale aux communes pour la réalisation d’équipement et de travaux. Le groupe UVO n’avait pas voté cette délibération, le 15 janvier dernier, au motif qu’elle imposait aux communes une quasi tutelle avec une enveloppe, des critères injustes et redondants pour certains, et un calendrier de mise en œuvre de leur programme. Nous avions dénoncé la communication qui était faite de ce dispositif que les socialistes présentaient comme un soutien plus important de l’aide du département et dont nous savons tous aujourd’hui qu’il n’en est rien. La réalité nous donne malheureusement raison aujourd’hui. Premièrement l’enveloppe financière annoncée de 50 millions d’euros ne sera pas atteinte. Et pour cause, moins de 60 contrats sur les quelques 300 attendus seront signés fin 2010. Nous avions dénoncé le fait que ce « contrat » réduisait considérablement le soutien financier du département aux communes, mettant particulièrement en grande difficulté  les petites communes qui n’ont aujourd’hui plus les moyens d’entretenir leur réseau de voiries communales. Imaginez l’état de nos routes dans 4 ans si nous ne sommes pas écoutés sur ce point.

En réponse, toujours et encore le même leitmotiv pour justifier une incapacité à présenter une politique cohérente pour répondre aux attentes légitimes des Valdoisiens, quels que soient leur âge, leur lieu de résidence, leur origine sociale….  : la critique du gouvernement et de l’ancienne gestion départementale.

Ce n’est pas sérieux !

La dynamique insufflée en son temps par notre majorité Union pour le Val d’Oise a fait ses preuves et l’évolution du Val d’Oise de 1964 à 2008, dans tous les domaines, en est la parfaite illustration.

Cette dynamique est malheureusement  aujourd’hui en panne.

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 08:30

La dernière séance du conseil général de l’année 2010 se tient aujourd’hui vendredi 26 novembre  à 9 h 30.

Comme pour les séances des conseils municipaux ; les séances du Conseil général sont publiques et donc ouvertes librement à chaque Valdoisien qui s’intéresse au travail et aux décisions prises par le Conseil général.

A l’occasion de cette séance, nous aurons à examiner de nombreux dossiers avec, parmi les points importants :

·         la décision budgétaire modificative 2010 n° 2 qui consacre la dégradation des finances départementales

·         un débat sur l’avis à donner sur les propositions en matière de transport dans le cadre du Grand Paris

·         une délibération sur le futur plan Climat/énergie, belle ambition qui manque sérieusement d’actes pratiques et de moyens

·         des propositions d’amendement au dispositif de contractualisation entre le conseil général et les communes qui est pour sur l’ANRU en « trompe l’œil » et sur d’autres points très à la marge des attentes légitimes des communes

·         une délibération portant sur des subventions relatives au volet environnement et développement durable qui repose sur un dispositif pris dans un contexte juridique contestable selon Monsieur le Préfet

·         et d’autres points qui n’appellent pas de remarques particulières ici

Vous pouvez suivre en direct les débats sur le site du Conseil général du Val d’Oise ou venir assister à la séance à l’adresse suivante :

Conseil général du Val d’Oise
bâtiment C - salle des délibérations
2, avenue du Parc
95032 Cergy-Pontoise cedex

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 18:49

Vous le savez, la « majorité » du Conseil général du Val d’Oise, emmenée par son président socialiste, a décidé de faire peser une vraie tutelle sur les communes en imposant de nombreux critères dont certains ont pour seul but de pénaliser les communes qui ont, de tous temps, engagé des programmes pour offrir des équipements adaptés à leurs administrés. Ces critères sont inscrits dans un contrat dont le second but, inavoué, est de réduire le niveau d’aide aux communes pour satisfaire des besoins en fonctionnement mal maitrisés.

Attention, la double peine arrive avec la version socialiste de la Région Ile de France qui va viser les mêmes communes, accusées de ne pas être dans le droit fil de la pensée socialiste.

Pour illustrer mon propos, je vous communique l’intervention de Stéphanie Von Euw, conseillère régionale UMP du Val d’Oise. Au nom de son groupe « Majorité présidentielle », présidé par Valérie Pecresse, Stéphanie est récemment intervenue pour dénoncer les méthodes et l’arbitraire des méthodes de la gouvernance socialiste. J’y vois une similitude avec les méthodes valdoisiennes et même si cela ne me surprend pas trop, cela amplifie l’inquiétude que nous avons pour le développement de nos territoires.

Commission permanente du 17 novembre 2010

Intervention de Stéphanie VON EUW sur les contrats ruraux et régionaux

SVEMonsieur le Président, mes chers collègues,

Les élus du groupe MP sont très inquiets des propos tenus par Madame de la Gontrie lors de la dernière commission Aménagement. Madame de la Gontrie nous a en effet signifié très clairement que dans ce rapport, seuls les contrats régionaux des communes respectant la loi SRU avaient été retenus. Madame de la Gontrie nous a même chargés de prévenir les maires franciliens que les dossiers de contrats régionaux ne seraient plus acceptés par la région si les communes ne respectaient pas la loi SRU.

Ces propos sont extrêmement graves car ils méconnaissent sciemment les règles votées dans cette Assemblée. Madame de la Gontrie dit écouter l’avis de la majorité régionale, mais je voudrais rappeler à tous que les amendements déposés jusqu’à présent pour limiter l’octroi de subvention sur le fondement des critères SRU ont tous été rejetés, notamment par vous Monsieur le Président.

Ce choix unilatéral pénalise injustement de nombreuses communes qui n’ont pu être averties des nouvelles règles, étant donné que ces nouvelles règles n’existent pas, si ce n’est dans le cercle restreint du cabinet de Madame de la Gontrie !

Le groupe MP demande à l’exécutif régional une transparence totale sur tous les dossiers qui ont été écartés pour raison de non-respect de la loi SRU et exige de connaître le montant du reliquat des crédits 2010 pour les contrats régionaux, ainsi que pour les contrats ruraux et les contrats territoriaux.

Pour finir, je voudrais revenir sur votre promesse, Monsieur Huchon, de trancher la question de la critérisation après concertation de l’ensemble des élus. Avec vous, nous avons pris l’habitude que les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent, mais il semblerait que Monsieur Amedro y ait cru comme nous puisque lors de la dernière commission, Monsieur Amedro a fait preuve d’étonnement en apprenant que Madame de la Gontrie organisait des réunions sur la critérisation sans le convier. Force est de constater que le choix de Madame de la Gontrie, juridiquement inacceptable, a été pris en cercle très restreint.

Nous en appelons donc à vous, Monsieur le Président, en tant que garant du bon fonctionnement des règles de cette Assemblée, pour veiller à ce qu’aucune règle de cette sorte ne soit mise en œuvre avant que notre Assemblée n’en ait délibérée. Dans cette perspective, le groupe MP a déposé un amendement pour réintégrer dans le rapport 10-971 des collectivités dont les dossiers, déclarés complets par les services régionaux, n’ont pourtant pas été retenus.

Partager cet article

Repost0