Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 15:43
Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans POLITIQUE
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 09:10

LOgo UVO HD Jpeg

Retrouvez ci-dessous la tribune publiée au nom du groupe "Union pour le Val d'Oise"

L’année qui s’achève fut particulièrement dense pour la France et ses territoires. A l’occasion des élections municipales de mars, notre famille politique a su prouver qu’elle incarnait toujours une force de responsabilité et de bonne gestion au niveau local. Le Sénat, incarnation parlementaire des territoires, a rebasculé à droite en septembre, permettant enfin aux élus locaux de s’exprimer sur les véritables enjeux de la réforme territoriale. Nous avons également constaté la progression du Front National aux élections européennes de mai. Loin de nous résigner, ce défi électoral nous conforte dans notre esprit de pragmatisme et de responsabilité. L’extrémisme politique ne se dissipera pas devant la surenchère, mais bien devant la preuve que la droite républicaine résout concrètement les problèmes quotidiens des Français.

 

2014 a été marquée par la réduction brutale des concours de l’Etat aux collectivités, qui produit ses premiers effets. 1,5 milliards d’euros de moins, le double en 2015, que les communes, départements et régions ne pourront plus consacrer à leur investissement et fonctionnement quotidien. Cette baisse représentera 29,8 milliards d’euros cumulés fin 2017. Les conséquences pour nos territoires seront dramatiques, alors que les collectivités portent plus de 70% de l’investissement public. Malheureusement, rien n’est prévu pour que l’Etat, qui concentre à lui seul 79,6% de la dette publique et 88,2 milliards d’euros de déficit annuel, rationalise son fonctionnement…

 

L’année 2014 a été le théâtre d’un vaste vaudeville sur la réforme territoriale. Adulés par François Hollande en janvier, les Départements sont supprimés en avril par Manuel Valls. En mai, le Président de la République entérine les funérailles puisque « les Départements ont vécu », après qu’il soit prévu de les « dévitaliser ». Mais en octobre, seuls certains  Conseils généraux ont vocation à disparaître. Finalement, début novembre, la suppression des Départements est abandonnée… Le Gouvernement a témoigné de la même légèreté concernant la date des élections départementales et régionales, décalées deux fois en trois mois, ou sur la carte des régions, dessinée précipitamment sur un coin de table et négociée avec les grands barons socialistes. La réflexion de fond et les réels besoins de nos territoires s’effacent pour une fuite en avant visant des intérêts politiques à très court terme…

 

Loin de l’amateurisme qui règne au sommet de l’Etat, notre majorité poursuit son travail au service des Valdoisiens. Dans un contexte budgétaire toujours plus contraint, l’agence Fitch Ratings et la Chambre Régionale des Comptes ont confirmé la pertinence de nos décisions en matière financière. Grâce à un plan d’économies de 50 millions d’euros par an, nous avons fortement limité la progression de nos dépenses de fonctionnement et stoppé la spirale de l’endettement. Nous avons maintenu le niveau d’investissement global sur nos principales compétences, notamment en matière d’éducation. Nous avons abondé d’un million d’euros supplémentaire l’enveloppe des Aides Départementales aux Communes pour soutenir leurs besoins d’équipements. Mais nous restons lucides sur nos engagements en dehors de nos compétences, et fermes vis-à-vis de certains de nos partenaires. C’est pourquoi, après avoir évité la fermeture de la Base de Loisirs de Cergy cet été malgré les basses manœuvres du Président de la Communauté d’Agglomération, nous maintenons notre demande de rééquilibrage du financement de la Base.

 

L’année 2015 sera tout aussi déterminante pour le devenir de nos territoires. En janvier seront discutés les éventuels transferts de compétences entre les Départements et les Régions, et la nouvelle carte régionale probablement adoptée. Mais surtout, les Valdoisiens et les Franciliens auront l’occasion, dès les élections départementales des 22 et 29 mars, de se prononcer sur l’avenir de leurs collectivités.

 

Les élus de la majorité vous souhaitent d'agréables et chaleureuses fêtes de fin d'année.

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 19:20

C’est le 28 septembre dernier, à la ferme de Brunel dans la commune d’Aincourt, qu’ont été conviés les adhérents et amis de Présence première, l’association de soutien à Philippe Houillon, Député de la 1ère circonscription du Val d’Oise.

Si je publie ce discours, c’est parce qu’il me semble bien faire le point de la situation de notre pays.

Comme le rappelle Philippe Houillon, le France possède d’innombrables forces, mais également et malheureusement la France est aujourd’hui dans une situation catastrophique, entrainée par la politique dogmatique menée aujourd’hui par un Président de la république incapable de la diriger et un gouvernement socialiste sans vision et qui nous mène à une quasi faillite.

Je vous laisse en prendre connaissance.

2014 09 28 Discours de Philippe Houillon

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 09:20

2014 06 18 Alain Juppé à l'Isle Adam C’est donc invité par Axel Poniatowski et devant 600 à 700 militants et sympathisants UMP de la 2ème circonscription du Val d’Oise qu’Alain Juppé est venu pour évoquer la très critique situation politique française et la non moins critique situation du parti, mais surtout pour mettre en avant les atouts de notre pays et la nécessité de retrouver et proposer une alternative crédible pour une alternance à venir.

Réorganisation du parti, mobilisation de tous, préparation d’une alternance attendue pour redonner à notre pays la place qu’il n’aurait pas du perdre, confiance en l’avenir…, autant de messages qu’Alain Juppé a tenu à faire passer au cours d’une réunion pleine de convivialité.

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 23:52

2014 04 08 Mauvais joueurJe ne cache pas ma satisfaction de voir que la droite républicaine gagne de nombreuses communes au lendemain du second tour des dernières élections municipales, mais je mesure combien il doit être difficile pour de nombreux maires sortants de devoir quitter leur fonction après de nombreuses années consacrées au service de leurs concitoyens. Il faut rendre hommage à la façon républicaine avec laquelle la majorité d’entre eux s'est comportée lors des passassions de pouvoirs à leurs successeurs.

Mais comme il y a toujours une exception qui confirme la règle, nous avons trouvé cet après midi cette exception en la personne de Didier Arnal qui, largement battu à Saint-Brice dès le premier tour, n’a pas pour autant compris combien son attitude méprisante à l’égard de tous justifiait que l’on ne lui donne plus la responsabilité de gérer une collectivité.

Ainsi, lors de la commission permanente de ce lundi, il n’a pas cessé de se comporter de la plus odieuse des façons, allant, mauvais perdant, jusqu’à me traiter de "voyou" et de "malhonnête" au motif, qu’en ma qualité de président du groupe majoritaire « Union pour le Val d’Oise » au Conseil général, j’avais signé le communiqué de presse que je me plait donc à reproduire ici afin que chacun s’en imprègne bien !

 

« Didier Arnal sème la division jusque chez les socialistes saint-briciens…

Sans étonnement, nous constatons que Didier Arnal, contraint à l'exil politique et au parachutage à Saint-Brice-sous-Forêt à l'occasion des municipales, ne parvient toujours pas à rassembler sa propre famille politique. Que ce soit devant l'Assemblée départementale ou devant les militants de la section PS de Saint-Brice-sous-Forêt, ses méthodes divisent, ses discours clivent, et ses polémiques lassent.

Dans leur dernière tribune, les élus socialistes au conseil municipal de Saint-Brice-sous-Forêt se désolidarisent clairement de la candidature de Didier Arnal, et appellent, subtilement mais sans doute possible, à voter pour Alain Lorand. L'ancien Président du Conseil général et éphémère député de la circonscription, qui joue sa survie politique à Saint-Brice-sous-Forêt, use visiblement de la même stratégie qu'au Conseil général : grands discours et basses manœuvres.

Réclamant à longueur de tracts et de lettres ouvertes le respect des principes démocratiques qu'il est le premier à bafouer, ou tentant vainement de démontrer une hausse du budget de la communication du Conseil général alors qu'il était adepte d'une propagande politicienne à outrance entre 2008 et 2011, Didier Arnal perd progressivement le peu de crédibilité qui lui restait, ainsi que les maigres soutiens dont il pouvait disposer à Saint-Brice-sous-Forêt.

Les exemples sont nombreux, au Conseil général ou à Saint-Brice-sous-Forêt, de ses effets de manches et de ses grands discours contredits par la réalité de sa gestion de l'institution départementale ou de ses méthodes de campagne. En se désolidarisant de la candidature de Didier Arnal, les élus du groupe socialiste au conseil municipal de Saint-Brice-sous-Forêt font preuve de lucidité et de courage politique. Comme eux, nous faisons confiance à la sagesse des Saint-Briciens pour élire le meilleur candidat pour leur commune. »

 

Je persiste et signe, les méthodes de Didier Arnal divisent, ses discours clivent et ses polémiques lassent !

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 00:00

2014 04 07 insignes de l'éluLes élections municipales sont maintenant derrière nous, tous les maires ont été élus par leur conseil et nous rentrons dans la semaine des désignations.

Pour ma part, cette semaine sera à priori bien remplie avec :

  • Une commission permanente au conseil général ce lundi après midi avec au menu de nombreuses délibérations portant sur des marchés, sur l’attribution de subventions d’investissement aux communes, la mise en œuvre d’actions pour faciliter l’insertion sociale, le soutien financier à des manifestations sportives et culturelles départementales…
  • Un Conseil municipal ce jeudi à Pontoise avec le vote et la désignation des adjoints et conseillers dans de nombreuses commissions, structures et associations et le vote des taux de la fiscalité (toujours sans augmentation)
  • Une assemblée départementale vendredi matin avec le débat d’orientations budgétaires que j’aurai le privilège de présenter, le rapport sur la situation du Conseil général en matière de développement durable, l’actualisation de l’accueil de la petite enfance pour 2014, l’appel à projet dans le domaine des aides aux musées…

 

Une quasi semaine de rentrée après une période de campagne et d’échanges avec nos concitoyens… le quotidien d’un élu de proximité et de terrain, loin des agitations parisiennes.

 

Si la Commission permanente n’est pas publique, les réunions du conseil municipal et de l’assemblée départementale le sont et vous êtes conviés à y participer.

 

S’agissant de l’assemblée départementale, vous pouvez la suivre en direct en vous connectant sur le site du Conseil général dès 9h30.

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 17:07

Mardi 10 décembre les Députés vont débattre en seconde lecture sur le projet de loi de Modernisation de l’Action Publique territoriale et d’Affirmation des Métropoles, dite loi MAPAM.

Insidieusement intégrés à ce projet de loi, les articles 35B à 35E qui ont pour objet de créer la compétence "Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations" au profit des communes qui vont devoir obligatoirement les transférer aux Communautés de communes ou d'Agglomération à fiscalité propre.

Cette compétence, aujourd’hui de l’Etat mais assurée par l’ensemble des collectivités dans le cadre de la compétence générale dont elles disposent, souvent au sein des Etablissements Publics Territoriaux de Bassin (EPTB) va mettre fin à ce qui, depuis la première loi sur l’Eau en 1962, mettait le bassin versant des cours d’eau comme périmètre d’action cohérent et pertinent.

L’eau ne connait aucune des limites administratives des collectivités et c’est bien en prenant le cours d’eau depuis sa source à sa confluence ou son débouché sur le milieu marin que doivent être prises les décisions et mises en œuvre les actions d’entretien et de maîtrise d’ouvrage pour tenir compte des impacts amont et aval dans le cadre d’une solidarité de bassin.

L’ensemble des associations d’élus ont adressé, le 25 octobre dernier, un courrier au Premier Ministre pour exprimer le souhait de voir retirer ces articles dans l’attente d’une large concertation prenant en compte celles en cours sur la Stratégie nationale du Risque Inondation (SNGRI) et les réflexions menées actuellement dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive inondation de l’Europe, transposée dans le droit français.

Aucune réponse ne nous est parvenue et nous ne pouvons que constater que toutes les réunions avec les cabinets ministériels et les débats au sein du Comité National de l’Eau (CNE) et de la Commission Mixte Inondation (CMI) et dans de nombreux colloques n’ont eu que pour objet de nous entendre mais surtout de ne pas nous écouter.

C’est pourquoi j’ai décidé, en ma qualité de Président de l’Entente Oise/Aisne, de saisir tous les députés afin de les sensibiliser sur les conséquences de cette nouvelle compétence donnée aux communes et EPCI. Si ces articles étaient votés, ces collectivités auront une responsabilité qui ira jusqu’à devoir prendre en charge les nombreuses digues existantes sur leur territoires et dont une grande partie ne sont pas entretenues depuis de très nombreuses années.

Un nouveau transfert, une nouvelle charge dont se dédouane l’Etat, allant pour cela jusqu’à permettre aux collectivités, devenues compétentes et donc responsables, de prélever une nouvelle taxe (c’est bien le moment) pour cela.

Les députés seront-ils sensibles à ce que cela aura comme conséquences sur leur circonscription ?


Ci-dessous le courrier adressé au Premier Ministre et celui que j’ai adressé à tous les députés.


 

2013 11 27 Lettre aux Députés                   2013 10 25 Lettre au Premier Ministre

 

         Lettre aux Députés                                                         Lettre au 1er Ministre

 

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 10:42

2013 09 21 Balnce de la justiceLa Loi de finances rectificative de fin 2012 avait instauré un dispositif de soutien d’urgence aux départements confrontés à une situation financière dégradée du fait de la chute de la recette provenant des droits de mutations à titre onéreux (DMTO) et de la progression des allocations sociales à verser au titre du Revenu de Solidarité Active (RSA), de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) et de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH). Doté de 170 millions d’euros, ce fond a été réparti en deux enveloppes distinctes de 85 millions. La première a été affecté sur critères définis par l’Etat et sans que les départements aient besoin d’en faire la demande.  Prenant en compte la proportion de bénéficiaires des 3 allocations évoquées plus haut, 55 départements se sont répartis cette première enveloppe, le Val d’Oise n’en faisant pas parti.  

Pour la seconde enveloppe, à laquelle le Val d’Oise a candidaté, c’est sur la base d’une batterie de critères financiers et sociaux que le gouvernement à effectué la répartition.

Devinez qui sort le grand gagnant de cette situation !

Avec plus de 12,3 des 85 millions d’euros, soit près de 15% du total, c’est la Corrèze dont François Hollande était le président avant son élection à la présidence de la République.

Nous pourrions penser qu’il n’y a là qu’une simple coïncidence si sur les 23 départements lauréats, 16 n’étaient présidés par des exécutifs socialistes.

Il est donc légitime de qualifier cette répartition pour le moins d’inéquitable ou d’arbitraire, mais plus encore de « partage entre copains ».

Pire, l’ajustement des critères destinés à aboutir à ces cadeaux récompense les départements dont la gestion financière a été la plus mauvaise puisque les niveaux d’autofinancement et d’endettement ont été pris en compte.

Vertueux, en ayant engagé un plan d’économie de nos dépenses de fonctionnement pour préserver notre autofinancement et en tentant par ailleurs de réduire le niveau d’endettement excessif laissé entre 2008 et 2011 par Didier Arnal et sa majorité, le Val d’Oise est ignoré.

Chacun jugera et pourra censurer ces méthodes dès le mois de mars prochain lors des élections municipales.

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 17:41

Certains d’entre vous ont déjà eu connaissance du futur découpage cantonal qui vient de nous être communiqué par le Préfet.

Pour rappel, la majorité parlementaire socialiste a souhaité modifier le mode d’élection des conseillers départementaux (nouvelle dénomination des actuels conseillers généraux) et réduire le nombre de cantons dans chaque département. Ainsi, des 39 cantons qui constituent actuellement le Val d’Oise, il n’en restera plus que 21 à partir de mars 2015, date des prochaines élections départementales.

Mais au-delà de la réduction du nombre de cantons, cette majorité socialiste a également décidé de faire élire sur chacun de ces nouveaux cantons non plus un mais deux conseillers qui constitueront un binôme femme/homme. Premier résultat d’une mesure qui avait pour but avoué de réduire le nombre d’élus, l’assemblée départementale du Val d’Oise passera demain de 39 à 42 et sur le plan national ce sont 150 conseillers de plus qui siègeront demain…

Mais, jugeant qu’il était opportun de profiter de cette modification du code électoral, les socialistes, par ailleurs conscients que la politique menée par François Hollande et son gouvernement n’était pas propice à ce que les électeurs leur permettent de diriger les politiques départementales, ils ont pris les ciseaux pour effectuer un redécoupage qui n’a comme seul objectif de se donner le maximum de chances de conserver ici le pouvoir ou là de ne pas le perdre.

Le Val d’Oise, seul département gagné à la gauche en 2011, fût à cette occasion particulièrement ciblé, la nouvelle carte des cantons valdoisiens en est la preuve.

 

Dans un communiqué, Arnaud Bazin, président du Conseil général, « pointe une véritable occasion manquée pour le département » regrettant que « la révision de la carte cantonale aurait dû être l'occasion d'en faire un véritable catalyseur pour la bonne gouvernance de nos territoires valdoisiens » et précise  « qu’il aurait fallu tenir systématiquement compte des bassins de vie, qui reflètent les réalités vécues par les Valdoisiens».

Philippe Houillon dénonce en particulier de son côté« que l’on fait exploser le Vexin que l’on marie de force dans tous les cas à des territoires dépendant de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise... On fait reculer la représentation rurale au profit de la représentation urbaine. Les as socialistes du ciseau poursuivent-ils un objectif d’intérêt général ou bien sont-ils animés par des préoccupations électorales en diluant le Vexin dans des zones urbaines denses ? »

Pour la fédération UMP du Val d’Oise, Axel Poniatowski ne s’étonne pas de ce que : « Entre les lignes, il ne faut pas être grand clerc pour voir l’opération politique destinée à permettre à la gauche de gagner avec les ciseaux ce qu’elle a perdu par les urnes dans notre département » et précise que « Le combat ne fait que commencer. D'abord en exerçant tous les recours juridiques et constitutionnels existants puis en allant conquérir une à une les communes du Val-d'Oise lors des prochaines élections municipales de mars 2014, apportant ainsi une réponse par les urnes à une combine politicienne».

 

Nul ne s’étonnera que je partage totalement ces points de vue.

 

J’ajoute qu’à lire ou à entendre certains conseillers généraux socialistes, ce découpage n’est pas tout à fait de leur goût, certain cependant qu’il s’agit là de réactions plus égoïstes eu égard aux combats internes qui se profilent.


Et enfin, oserai-je même imaginer que les dirigeants socialistes, locaux ou nationaux, ont profité de ce découpage pour mettre en difficulté Didier Arnal et lui interdire ainsi d’espérer pouvoir regagner demain l’exécutif départemental qu’il a perdu en 2011. Une chose semble claire, c'est que le futur canton de Sarcelles-ville ne lui sera certainement pas offert sur un plateau par son ami François Pupponi.

 

Et ces dirigeants socialistes, n’ont-ils pas, comme nous, jugé catastrophique sa gouvernance entre 2008 et 2011 ?

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 17:41

2013 04 20 Bannière 21 avril

 

 

Ils accélèrent, on accélère !
Grande manifestation à Paris le 21 avril

Le collectif "La Manif pour Tous"
vous donne rendez-vous
dimanche à
14h30, place Denfert-Rochereau.

 

Les médias se font quotidiennement l’écho des débats au Sénat et maintenant à l’Assemblée nationale et des nombreuses manifestations contre le projet de loi sur le mariage pour tous.

Il faut en permanence justifier que ceux qui rejettent ce projet de loi ne sont pas homophobes et qu’ils ne sont pas à l’origine ni d’accord avec les débordements que dont on nous montre en boucle les images à la grande satisfaction de ceux qui en sont responsables.

Malheureusement, les médias qui rapportent les atteintes inadmissibles perpétuées contre les homosexuels et les dérapages en fin de manifestation, ne donnent pas le même écho de la forte contestation pacifique des Français qui s’opposent au projet, alors qu’ils ont fait la démonstration qu’ils sont aujourd’hui majoritaires ou au moins aussi nombreux que ceux qui le défendent.

Nombreux sont les élus qui sont aux côtés des manifestants et des opposants, mais le président Hollande et son gouvernement restent sourds à cette contestation et veulent passer en force en la minimisant.

Il faut donc, une nouvelle fois, que nous soyons très nombreux demain dimanche 21 avril au rendez-vous qui nous est donné Place Denfert-Rochereau à Paris pour une promenade en direction de la Place des Invalides.

Une nouvelle fois, j’y serai et vous y donne pacifiquement rendez-vous !

Repost 0
Published by Gérard Seimbille - dans Politique
commenter cet article